La centrale nucléaire de Fessenheim redémarre après une panne

© 2013 AFP

— 

Le réacteur n°2 de la centrale nucléaire de Fessenheim (Haut-Rhin) a été redémarré dans la nuit de mercredi à jeudi, après deux jours d'interruption en raison d'une panne à présent réparée
Le réacteur n°2 de la centrale nucléaire de Fessenheim (Haut-Rhin) a été redémarré dans la nuit de mercredi à jeudi, après deux jours d'interruption en raison d'une panne à présent réparée — AFP

Le réacteur n°2 de la centrale nucléaire de Fessenheim (Haut-Rhin) a été redémarré dans la nuit de mercredi à jeudi, après deux jours d'interruption en raison d'une panne à présent réparée, a annoncé EDF.

Jeudi «à 0H50, l'unité de production n°2 de la centrale nucléaire de Fessenheim a été recouplée au réseau», selon le communiqué du groupe.

Mardi matin ce réacteur - le seul de la centrale en activité actuellement, le n°1 étant à l'arrêt depuis avril pour maintenance et renouvellement du combustible - s'était arrêté automatiquement suite à une panne d'une pompe du circuit primaire. Un incident qui «n'a eu aucune conséquence sur l'environnement ni sur la sécurité», a répété EDF jeudi.

«Le diagnostic réalisé par les équipes de la centrale a montré que l'arrêt de la pompe avait été provoqué par le mauvais fonctionnement d'un relais électrique. Les différents essais menés par les spécialistes de la centrale ont confirmé l'absence de défaut de la pompe, de son moteur et de ses câbles d'alimentation», a expliqué EDF.

«Le relais concerné a été remplacé, la pompe a été redémarrée et les opérations nécessaires au redémarrage de l'unité de production ont été engagées rapidement et en toute sûreté», a encore assuré EDF.

Le réacteur n°1 quant à lui fait actuellement l'objet d'un programme d'essais avant les phases de redémarrage.

Cette énième mésaventure de Fessenheim a de nouveau donné du grain à moudre aux antinucléaires, ardents partisans d'une fermeture immédiate de la plus vieille centrale nucléaire française encore en activité (depuis 1978), que le président François Hollande a promis de fermer d'ici fin 2016.