Bannir les hydrofluorocarbones permettrait d'atténuer le réchauffement d'un demi degré, selon un rapport

avec AFP

— 

La suppression progressive des hydrofluorocarbones (HFC), «super» gaz à effet de serre dont les Etats-Unis et la Chine viennent de s'engager à réduire les émissions, pourrait permettre d'atténuer le réchauffement climatique d'un demi degré d'ici à 2050, conclut un rapport rendu public ce mercredi.

Et l'accord conclu samedi entre le président américain Barack Obama et son homologue chinois Xi Jinping pour réduire la production et l'usage de ces gaz industriels «peut faire une différence», estime le groupe de réflexion Climate Analytics, coauteur du rapport avec le Potsdam Institute et Ecofys. Ce rapport a été publié en marge d'un cycle de négociations onusiennes sur la lutte contre le changement climatique, qui s'achève vendredi à Bonn, en vue de préparer la grande conférence annuelle qui se déroulera en fin d'année à Varsovie.

«De vrais bénéfices»

«Si nous parvenons à supprimer progressivement les HFC, il y aura de vrais bénéfices», a déclaré Bill Hare, directeur de Climate Analytics, au cours d'une conférence de presse à Bonn. «Cela pourrait atténuer de 0,1 à 0,5 degré le réchauffement» d'ici à 2050, a-t-il précisé. Utilisés dans la réfrigération, la climatisation et pour des applications industrielles, les HFC font partie des six grands gaz à effet de serre (GES). Ils restent bien moins longtemps dans l'atmosphère que le CO2, mais leur pouvoir de réchauffement est très supérieur.

Les émissions de HFC devraient passer d'une gigatonne (GT, un milliard de tonnes) d'équivalent CO2 par an actuellement à quatre à neuf GT équivalent CO2 par an d'ici à 2050, selon ce rapport. Par ailleurs, le rapport estime que les actions entreprises par la communauté internationale pour réduire leurs GES mettent la planète sur la trajectoire d'un réchauffement de 3,8°C d'ici à 2100, par rapport aux niveaux pré-industriels, et non 2°C, l'objectif fixé. Le réchauffement a 40% de chances d'être supérieur à 4°C et 10% d'être supérieur à 5°C.

Les discussions en cours à Bonn portent sur le futur accord mondial et ambitieux prévu pour 2015 et pour entrer en vigueur en 2020 : il doit engager tous les pollueurs de la planète à réduire leurs émissions de GES.