Suspicion de tuberculose sur un éléphant du zoo de Pont-Scorff

© 2013 AFP

— 

Une suspicion de tuberculose a été détectée sur l'un des quatre éléphants d'Asie du zoo de Pont-Scorff, près de Lorient, a-t-on ppris samedi auprès de la préfecture du Morbihan et du zoo.
Une suspicion de tuberculose a été détectée sur l'un des quatre éléphants d'Asie du zoo de Pont-Scorff, près de Lorient, a-t-on ppris samedi auprès de la préfecture du Morbihan et du zoo. — Fred Tanneau AFP

Une suspicion de tuberculose a été détectée sur l'un des quatre éléphants d'Asie du zoo de Pont-Scorff, près de Lorient, a-t-on ppris samedi auprès de la préfecture du Morbihan et du zoo.

Ant-bwe-lay, un éléphant mâle âgé de 19 ans qui présentait des signes d'amaigrissement, a été dépisté positif jeudi lors d'un test sérologique. Ce qui signifie que l'animal «possède des anticorps contre la tuberculose» impliquant «qu'il est soit infecté guéri, soit infecté latent, soit infecté excréteur, le seul cas problématique. Il peut également s'agir d'un faux positif», a expliqué la direction du zoo dans un communiqué.

Des examens complémentaires seront pratiqués dès lundi pour déterminer plus précisément l'état de santé de l'animal. Selon la préfecture, le résultat de ces analyses ne devrait pas être connu avant plusieurs mois.

«Si on trouve des traces de tuberculose, l'équipe du zoo aura trois possibilités : laisser l'animal en isolement sanitaire durant le reste de sa vie, le traiter par antibiotiques - ce qui n'est pas actuellement autorisé en France pour éviter de sélectionner des germes multirésistants - ou l'euthanasier», a précisé le zoo.

«Les premières mesures d'isolement des éléphants et de protection des personnels et du public ont été mises en oeuvre dès connaissance de la suspicion», a indiqué la préfecture dans un communiqué.

Une autre éléphante du zoo de Pont-Scorff a été testée négative et les deux autres pachydermes que compte l'établissement seront prochainement testés.

Deux éléphantes du zoo de Lyon avaient été menacées d'euthanasie pour une suspicion de tuberculose et de nombreuses personnalités s'étaient mobilisées en leur faveur. Le tribunal administratif de Lyon avait finalement annulé en mai la mesure d'abattage prise par le préfet du Rhône.