CO2: le marché de compensation volontaire en hausse de 4%

© 2013 AFP

— 

Le marché volontaire de la compensation carbone a augmenté de 4% en volume au niveau mondial en 2012, mais a baissé en valeur en raison d'un prix de la tonne ramené à 5,9 dollars en moyenne, selon une étude annuelle du cabinet Ecosystem Marketplace.
Le marché volontaire de la compensation carbone a augmenté de 4% en volume au niveau mondial en 2012, mais a baissé en valeur en raison d'un prix de la tonne ramené à 5,9 dollars en moyenne, selon une étude annuelle du cabinet Ecosystem Marketplace. — David Gannon AFP

Le marché volontaire de la compensation carbone a augmenté de 4% en volume au niveau mondial en 2012, mais a baissé en valeur en raison d'un prix de la tonne ramené à 5,9 dollars en moyenne, selon une étude annuelle du cabinet Ecosystem Marketplace.

Le volume de CO2 compensé a atteint 101 millions de tonnes, contre 97 millions en 2011. En valeur, ce marché a représenté 523 millions de dollars (-11%).

Le marché volontaire de compensation est ouvert à tout acteur économique qui, hors contrainte réglementaire, souhaite financer des projets qui compenseront ses émissions de CO2.

En volume, l'Europe représente 43% de ce marché devant les Etats-Unis.

Les projets financés par ce marché sont d'abord dans le secteur des énergies renouvelables (34%), puis des projets forestiers (32%). L'équipement des maisons (gazinière au lieu de four à bois notamment) arrive ensuite avec 9%, puis des projets portant sur l'efficacité et l'alimentation énergétiques.

«L'étude montre une baisse du prix moyen de la tonne en 2012 à 5,9 dollars contre 6,2 en 2011, toujours plus haut que sur le marché obligatoire qui s'échange à moins de 1 dollar», souligne dans un communiqué Love the world, le partenaire français de cette étude et spécialiste de la compensation carbone.

«L'engagement des entreprises est d'autant plus important que les Etats ont largement montré ces dernières années leur incapacité à mener une action forte commune pour lutter contre le changement climatique et ses nombreuses conséquences», a commenté Bertrand Ramé, directeur général de Love the world.

En 2012,les acteurs français ont représenté 6% du marché global, en progression de 20% sur un an.