James Lomax: «Ne pas gaspiller de la nourriture est aussi un moyen d'économiser de l'argent»

INTERVIEW Administrateur de programme agroalimentaire au Programme des Nations unies pour l'environnement, James Lomax nous explique pourquoi le gaspillage alimentaire est un enjeu crucial...

Propos recueillis par Audrey Chauvet
— 
Extrait du documentaire "Global gâchis", d'Olivier Lemaire, diffusé le 17 octobre 2012 sur Canal+.
Extrait du documentaire "Global gâchis", d'Olivier Lemaire, diffusé le 17 octobre 2012 sur Canal+. — WASTE - GLOBAL GACHIS

Les Nations unies vont mettre le nez dans nos poubelles. Pour la journée mondiale de l’environnement, le 5 juin prochain, le Programme des Nations unies pour l’environnement (Unep) lance une campagne contre le gaspillage alimentaire. Et il y a du travail: en moyenne, un Français jette 20 kilos d’aliments par an, qui pourraient encore être consommés. James Lomax, administrateur de programme agro-alimentaire à l’Unep, nous explique pourquoi il est urgent de régler ce problème.

>> Concours: Vous avez une recette secrète pour recycler les restes de repas? Votre salade aux pâtes d’hier et aux fanes de carotte a toujours un succès fou? Envoyez-nous vos recettes anti-gaspillage à reporter-mobile@20minutes.fr et tentez de gagner des cadeaux surprise si votre recette est élue par le chef des cuisines du palace InterContinental Paris Le Grand, Christophe Raoux.

Pourquoi lancez-vous cette campagne contre le gaspillage alimentaire?

Le gaspillage devient un enjeu très important pour la sécurité alimentaire dans le monde. Nous avons de plus en plus de chiffres sur l’importante quantité de nourriture que nous gaspillons et je pense que c’est un problème qui concerne tout le monde. Ce n’est pas un sujet sur lequel seuls les gouvernements peuvent agir, c’est l’action de chacun d’entre nous qui peut avoir un impact.

Cela ne concerne que nos pays riches?

On a tendance à le penser, mais en réalité c’est plutôt un problème pour les pays émergents, la Chine, l’Inde, le Brésil, ces pays qui s’enrichissent et s’urbanisent. La manière dont nous consommons la nourriture dans les anciens pays développés devient la manière dont le monde entier va consommer. Or, avec tout ce que nous gaspillons, cela deviendrait problématique si des milliards d’humains faisaient pareil.

Que pouvons-nous faire pour réduire le gaspillage?

Il est important de planifier ses courses, de faire une liste et de prévoir ce que nous allons manger et quand. Il faut également conserver ses aliments de la manière la plus appropriée et apprendre à cuisiner les restes de repas pour que moins de nourriture ne termine à la poubelle. Il faut aussi apprendre à gérer les dates de péremption.

N’y a-t-il pas aussi un changement de mentalités nécessaire pour redonner de la valeur à la nourriture?

Il est certain que nous n’accordons plus autant de valeur à la nourriture qu’il y a quelques années. L’alimentation est devenue moins onéreuse et plus disponible, nous n’avons jamais alloué une aussi faible part de notre budget à l’alimentaire. Mais redonner de la valeur à l’aliment ne passe pas seulement par le prix: il s’agit surtout de se rendre compte des conséquences de jeter de la nourriture. Par exemple, beaucoup de villes s’agrandissent et ne savent plus que faire des tonnes de déchets générés par leurs habitants. Et pour chacun, en période de crise économique, ne pas gaspiller de la nourriture est aussi un moyen d’économiser de l’argent. C’est une très bonne raison rationnelle pour ne pas jeter.