Revers pour l'agriculture bio avec un coup d'arrêt des conversions

© 2013 AFP

— 

Après des années d'essor, les demandes de conversion en agriculture bio subissent un coup d'arrêt, assure le président de l'Agence Bio Etienne Gangneron qui attribue ce revers à un tassement des prix entre bio et conventionnel.
Après des années d'essor, les demandes de conversion en agriculture bio subissent un coup d'arrêt, assure le président de l'Agence Bio Etienne Gangneron qui attribue ce revers à un tassement des prix entre bio et conventionnel. — Stephane de Sakutin AFP

Après des années d'essor, les demandes de conversion en agriculture bio subissent un coup d'arrêt, assure le président de l'Agence Bio Etienne Gangneron qui attribue ce revers à un tassement des prix entre bio et conventionnel. «Dans certaines régions, on n'a aucun dossier de conversion depuis le début de l'année» a indiqué mardi M. Gangneron pour qui le mouvement «a commencé en 2012», sans qu'il ait encore de chiffres disponibles à avancer.

«Un secteur se maintenait encore, celui du vin, mais les prix ont commencé à baisser à leur tour», a-t-il ajouté. Or c'est justement le tassement du différentiel de prix entre produits bio et non bio qui rend la conversion et sa prise de risque trop aléatoire, alors que les rendements sont moindres par rapport au gain escompté par le producteur, explique-t-il.

Période de conversion difficile

«C'est particulièrement vrai dans les céréales et les viandes: je pourrais même parfois vendre des animaux bio moins cher», affirme M. Gangneron, lui-même agriculteur bio dans le Cher.

Il y a 10 ans la tonne de blé était payée 100 euros au producteur, contre 240 environ aujourd'hui (voire plus de 280 l'été dernier). Même si le prix du bio a lui aussi augmenté, le plus que doublement du prix du blé conventionnel, «rend le bio moins attrayant», insiste à son tour Christophe Cardet, conseiller en maraîchage bio à la Chambre d'agriculture du Maine-et-Loire.

La période de conversion est particulièrement difficile pour l'agriculteur, notent les experts: pendant trois ans il est soumis aux contraintes de la production bio sans pouvoir vendre ses produits comme tel.