Pour un Français sur deux, la voiture coûte trop cher

SONDAGE La location pourrait séduire de plus en plus de Français pour réduire leur budget transport...

Audrey Chauvet

— 

Embouteillages près de Lyon en juillet 2010.
Embouteillages près de Lyon en juillet 2010. — FAYOLLE PASCAL/SIPA

La crise touche aussi la sacro-sainte bagnole. Selon un sondage CSA pour l’association France nature environnement (FNE), 49% des Français trouvent le budget qu’ils consacrent à l’utilisation de leur véhicule (voiture et deux-roues) trop élevé et 49% déclarent qu’ils seraient prêts à louer leur véhicule plutôt que le posséder si cela leur permettait de faire de grosses économies.

Pour Michel Dubromel, vice-président de FNE et responsable du dossier transports, «ce résultat doit faire réfléchir les constructeurs confrontés à de graves difficultés financières. Passer d’une logique de production à une logique de service, c’est la possibilité de relancer une industrie moribonde et de créer les emplois de demain.»

Prendre le bus, nouveau signe extérieur de richesse?

Les transports en commun apparaissent également comme une alternative intéressante à la voiture individuelle: 52% des sondés affirment qu’une amélioration «sensible» de l’offre de transports en commun pourrait les inciter à réduire l’utilisation de leur véhicule. Toutefois, cette tendance est surtout marquée chez les catégories les plus aisées: 66% des cadres et professions libérales seraient prêts à troquer leur voiture contre un bus ou un métro, contre seulement 18% des ouvriers. Peut-être pour une raison de prix: 82% des personnes interrogées pensent que l’Etat devrait faire baisser le prix des transports collectifs.

Pour réduire leur budget transport, les jeunes se disent prêts à se rapprocher de leur lieu de travail: 40% des 18-34 ans pourraient choisir d’habiter plus près du bureau pour des raisons économiques liées au prix du carburant. Un pourcentage qui chute à 30% chez les 35-49 ans et 20% pour les plus de 50 ans. «Il n’y a pas encore de prise de conscience concernant le lien entre coût de la mobilité et coût du foncier. Il est essentiel que les citoyens comprennent que l’augmentation forte des prix des carburants va faire chuter la valeur des logements éloignés des transports collectifs», estime Jean-Baptiste Poncelet, chargé de mission transports chez FNE.