Non, les dinosaures ne pratiquaient pas que la levrette

SCIENCES Des chercheurs ont réfuté la théorie la plus communément partagée selon laquelle les dinosaures ne s'accouplaient qu'en levrette...

Audrey Chauvet

— 

Mercredi 14 avril 2010 débute dans la grande galerie de l’évolution du Muséum national d’Histoire Naturelle l’exposition «Dans l’ombre des dinosaures».
Mercredi 14 avril 2010 débute dans la grande galerie de l’évolution du Muséum national d’Histoire Naturelle l’exposition «Dans l’ombre des dinosaures». — S. ORTOLA / 20 MINUTES

Quand on pèse plusieurs tonnes, qu’on a des écailles, parfois des épines, une très longue queue et un corps pour le moins encombrant, pas facile de s’accoupler sereinement. Depuis des années, les scientifiques se penchent sur le problème de la sexualité des dinosaures. La théorie la plus couramment admise était celle d’un accouplement durant lequel la femelle était «chevauchée» par-derrière par le mâle. Cette théorie vient d’être battue en brèche par un scientifique britannique.

Une forme de missionnaire

Brian Switek a ainsi expliqué au Sunday Times que la levrette était beaucoup trop dangereuse pour les dinosaures à épines. Monter sur la femelle leur aurait valu la mort ou la castration. Ce serait donc une forme de missionnaire que pratiquaient les dinosaures, selon un chercheur du Muséum d’histoire naturelle de Berlin, s’appuyant sur une modélisation de l’accouplement du kentrosaure. La femelle était ainsi allongée sur le côté, tandis que le mâle se cabrait pour appuyer son torse sur elle.

Néanmoins, les partisans de la levrette ne désarment pas: certains paléontologues affirment que les dinosaures avaient développé un pénis très long pour pouvoir pénétrer la femelle sans se frotter à ses épines. Par exemple, un dinosaure de dix mètres de long aurait eu un pénis de deux mètres. Un exploit que l’on ne pourra jamais prouver: «Les tissus mous sont rarement préservés lors de la fossilisation», regrettent les paléontologues.