Verdissement de la PAC: la FNSEA demande du «pragmatisme»

© 2013 AFP

— 

L'Europe doit faire preuve «de pragmatisme» dans la mise en place de la future Politique agricole commune (2014-2020), censée privilégier les aides aux agriculteurs vertueux envers l'environnement, a demandé la FNSEA vendredi.

Les exploitations françaises ne doivent pas «subir de nouvelles lourdeurs administratives», a réclamé Xavier Beulin, président du premier syndicat agricole français dans une lettre adressée au ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll et transmise à l'AFP vendredi.

La FNSEA dénonce régulièrement les normes environnementales --et en particulier la directive nitrates-- qui étranglent, selon elle, les agriculteurs et les obligent à des investissements coûteux.

Le syndicat souhaite rappeler au ministre ses attentes alors qu'il se doit se rendre à Bruxelles lundi et mardi pour définir avec ses homologues européens la position des Etats membres sur la réforme de la PAC.

Mercredi, le Parlement européen a approuvé le projet de réforme qui prévoit de rendre la PAC un peu plus écologique et plus équitable, via un plafonnement des aides.

Les eurodéputés ont voté pour le conditionnement de 30% des aides directes aux agriculteurs au respect de normes environnementales, comme la diversification des cultures ou le maintien de prairies permanentes.

Pour la Confédération paysanne, syndicat minoritaire, la volonté affichée d'un verdissement de la PAC n'est en revanche «pas à la hauteur des besoins (pas de rotation des cultures, retardement de la mise en place des surfaces d'intérêt écologique)».

«La grande majorité des paysans français seront de fait éligibles au verdissement, ce qui supprime l'aspect incitatif de la mesure, et ne permettra pas d'atteindre l'un des objectifs qui était de rendre la PAC plus légitime vis-à-vis des concitoyens et des contribuables» regrette-t-il dans un communiqué.