Télévision: Chanee, dans la peau des gibbons avec Muriel Robin

DOCUMENTAIRE La comédienne a prêté sa voix à ce documentaire, diffusé sur France2 ce dimanche...

Audrey Chauvet

— 

Chanee recueille les singes en Indonésie, en juin 2012.
Chanee recueille les singes en Indonésie, en juin 2012. — AFP PHOTO / ROMEO GACAD

Il s’appelle Aurélien Brulé, mais depuis qu’il vit en Indonésie, on l’appelle Chanee. En thaï, cela veut dire «gibbon». Car depuis quinze ans, Aurélien vit pour les grands singes: il a développé une association employant une cinquantaine de personnes pour recueillir les gibbons victimes du braconnage et du trafic afin de les réintroduire dans la nature. Un documentaire, diffusé dimanche à 16h20 sur France2, nous emmène dans les forêts de Bornéo et Sumatra aux côtés de Chanee, guidés par Muriel Robin.

Un «fils spirituel» pour Muriel Robin

«Je le connaissais depuis ses seize ans, j’avais vu un reportage sur lui et à l’époque il cherchait de l’argent pour aller en Indonésie voir les gibbons, se souvient Muriel Robin. Ce gamin m’a séduite, je l’ai senti différent, il fait partie de ces personnes qui veulent changer le monde. Je l’ai aidé et je ne l’ai plus quitté!» Naturel donc pour Muriel Robin de poser sa voix sur le film de Frédéric Febvre: «Elle en parle avec le cœur, c’est son fils spirituel», explique le réalisateur.

Pendant les trois semaines de tournage en Indonésie, Frédéric Febvre a été frappé par la détermination du jeune homme: «Il est incroyable, il dédie sa vie à la protection des gibbons et de la faune sauvage, raconte-t-il à 20 Minutes. Il ne pense qu’à ça, ne fait que ça, c’est un combat de chaque minute pour lui.» Mais ce combat porte ses fruits: aujourd’hui, Chanee héberge 250 gibbons dans le cadre du programme Kalaweit et a même accueilli des ours, des loris, des crocodiles et autres singes nasiques.

Dans la peau des gibbons

Mais pour Muriel Robin, Chanee n’est pas un illuminé qui ne vit que pour les animaux: «Ce qui m‘intéresse c’est évidemment la situation de ces animaux mais aussi de l’humain autour, confie-t-elle à 20 Minutes. Chanee fait travailler beaucoup de gens, il a fondé une école, il a créé du travail, cela va plus loin que les animaux.»

Il n’empêche que le quotidien de Chanee est réglé sur les gibbons: «Il a une routine avec eux et il m’a fallu trouver un regard nouveau pour le documentaire, poursuit Frédéric Febvre. J’ai choisi de me mettre dans la peau d’un singe et de voir Chanee venir nous sauver.» Mettez vous dans la peau d’un gibbon, ce dimanche devant votre télé.