Pl@ntnet, le Shazam des plantes

HIGH-TECH Une application mobile pour identifier les plantes est présentée au Salon de l'agriculture...

Audrey Chauvet

— 

L'application Pl@ntnet, présentée au Salon de l'agriculture, le 1er mars 2013.
L'application Pl@ntnet, présentée au Salon de l'agriculture, le 1er mars 2013. — A.Chauvet / 20 Minutes

Mais qu’est-ce que c’est que cette plante? Si vous vous êtes déjà posé la question lors de balades en forêt, une application pour smartphone pourrait vous sauver la vie. Pl@ntnet, téléchargeable gratuitement sur iPhone et bientôt sur Android, permet d’identifier les plantes de métropole et bientôt de partager vos connaissances en botanique.

«L’application répertorie 800 espèces de flore métropolitaine, explique Daniel Barthélémy, directeur scientifique au Cirad (Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement) et père du projet. Bientôt nous aurons 5.000 espèces avec une base de 100.000 images.» Fleurs, feuilles, fruits, écorces, il suffit de prendre la photo d’une partie de la plante pour que l’application trouve l’espèce qui s’en approche le plus.

 

 

 

Suivre les espèces rares ou invasives

A la rédaction de 20 Minutes, nous avons passé au crible de Pl@ntnet un vieux sapin de Noël et une orchidée en pot. L’application n’a pas donné de résultats probants. Mettons ça sur le compte de la nouveauté de l’appli, qui va s’enrichir avec les contributions des internautes qui posteront les photos de plantes dont ils connaissent le nom. «Le but est d’alimenter une plateforme de partage de données botaniques, poursuit Daniel Barthélémy. En collectant des données à grande échelle, nous allons pouvoir suivre la répartition d’espèces rares ou invasives.»

Porté par le Cirad, l’Institut national de recherche agronomique (Inra), l’Institut de recherche pour le développement (IRD) et financé par Agropolis fondation, Pl@ntnet essaye de mettre la botanique à portée de tous. «En envoyant les images, on pourra participer à des forums, soumettre ses propositions à des botanistes professionnels et accéder à la plus grande encyclopédie des plantes en ligne», se réjouit Daniel Barthélémy.