Heurts entre un baleinier japonais et des bateaux de Sea Shepherd

Avec Reuters

— 

Les militants de l'ONG écologiste Sea Shepherd ont appelé ce mercredi le gouvernement australien à envoyer un navire de la marine dans l'Antarctique après qu'un baleinier japonais a tamponné deux de leurs bateaux, endommageant l'un d'eux.

«Le Nisshin Maru a percuté le Steve Irwin et le Bob Barker, mais les deux bateaux ont conservé leur position», a déclaré dans un communiqué le militant écologiste Paul Watson, fondateur de l'organisation Sea Shepherd, à qui appartiennent les deux navires. Paul Watson a également accusé des garde-côtes japonais d'avoir lancé des grenades sur les navires pendant la confrontation, au large de l'Antarctique, ajoutant que le Bob Barker prenait l'eau au niveau de la salle des machines.

«Il est illégal de percuter des navires dans toutes les mers de la planète»

L'Australie a confirmé l'incident. Le gouvernement japonais et son autorité baleinière n'ont en revanche pas commenté l'événement. Les militants de Sea Shepherd tentaient d'empêcher un navire-usine japonais de 8.000 tonnes de se ravitailler lorsque la collision a eu lieu, a déclaré à Melbourne le directeur de Sea Shepherd, Bob Brown, précisant que les deux bateaux avaient été percutés à plusieurs reprises.

Bob Brown a appelé le gouvernement australien à envoyer un bateau de la marine dans la région pour apaiser les tensions. «Il est illégal de percuter des navires dans toutes les mers de la planète, quelles qu'elles soient. Il est illégal pour un pétrolier de transporter du fioul lourd dans les eaux de l'Antarctique, en vertu de la législation internationale», a-t-il ajouté.

Une activité de recherche scientifique selon le Japon

L'Australie avait envoyé en 2008 un patrouilleur des douanes dans l'Antarctique pour réunir des preuves contre les méthodes de chasse des baleiniers japonais en vue d'une action en justice. Le Japon poursuit chaque année une campagne de pêche à la baleine présentée comme une activité de recherche scientifique, ce qui lui permet de contourner le moratoire en vigueur depuis 1986 sur l'abattage des grands cétacés.

Sea Shepherd s'efforce tous les ans d'empêcher la flotte japonaise d'atteindre son quota annuel en s'interposant devant ses navires. Lors de la saison 2011, les baleiniers nippons avaient dû quitter l'Antarctique en ayant pêché moins de 20% du nombre de baleines qu'ils prévoyaient d'abattre. L'Australie a déposé un recours auprès de la Cour internationale de justice de La Haye afin d'empêcher Tokyo de poursuivre cette activité. Une décision est attendue en 2013 au plus tôt.