Bientôt des capteurs et satellites pour mesurer les gaz à effet de serre de Paris

ENVIRONNEMENT La capitale va s'équiper pour mesurer précisément ses émissions de CO2, monoxyde de carbone et méthane...

A.Ch.

— 

Paris dans un nuage de pollution, le 26 mars 2012.
Paris dans un nuage de pollution, le 26 mars 2012. — DUCLOS/SIPA

Des capteurs au sol, dans l’air, des mesures satellitaires… La capitale va s’équiper d’un attirail dernier cri, développé par une filiale d’EADS, pour mesurer ses émissions de gaz à effet de serre, rapporte le Parisien. Ce projet, développé avec le Laboratoire des Sciences du Climat et de l'Environnement, est «l'un des tout premiers exemples de mesures de gaz à effet de serre à l'échelle d'une ville», se targue Astrium, la filiale d’EADS qui a développé le projet, et devrait être suivi par un projet similaire à Los Angeles.

Les émissions de dioxyde de carbone, de monoxyde de carbone et de méthane seront ainsi mesurées par six capteurs placés autour de Paris. Les données seront ensuite intégrées dans des modèles recoupant les mouvements de vents, les mesures satellitaires effectuées pour mesurer les gaz en altitude. Tout cela donnera des «cartes de flux» indiquant localisant les sources des émissions de gaz à effet de serre mais aussi les zones captant le carbone, comme les parcs.

Ce dispositif avait été testé durant les JO de Londres à l’été 2012 et devrait permettre à la Mairie de Paris d’évaluer l’atteinte de ses objectifs de réduction de gaz à effet de serre: la capitale veut atteindre 75% de moins en 2050 par rapport à 2004.