Viande de cheval: Le Français Spanghero et un intermédiaire néerlandais dans le viseur?

SCANDALE Les résultats de l'enquête française sur la présence frauduleuse de viande de cheval dans des surgelés seront connus ce jeudi...

Corentin Chauvel

— 

L'entrée de l'usine Spanghero, à Castelnaudary (Aude), le 10 février 2013.
L'entrée de l'usine Spanghero, à Castelnaudary (Aude), le 10 février 2013. — R. GABALDA / AFP

Ce n’est que ce jeudi après-midi, à 17h, que les résultats de l’enquête française concernant la fraude sur la commercialisation de viandes bovines et chevalines seront rendus par le ministre délégué à la Consommation, Benoît Hamon. Mais déjà, de nouveaux éléments sont mis au jour.

Selon Europe 1, le fournisseur français de viandes Spanghero et la société néerlandaise Draap seraient dans le viseur des autorités, tandis que l’abattoir roumain mis en cause dans un premier temps serait disculpé. La viande de cheval incriminée, en provenance de Roumanie, serait en effet d’abord passée par les Pays-Bas, via la société Draap, basée à Chypre, avant d’arriver en France chez Spanghero.

Un étiquetage falsifié

L’abattoir roumain n’aurait pas caché qu’il s’agissait de cheval, mais c’est par l’intermédiaire d’un trader de l’entreprise néerlandaise qu’elle aurait été envoyée en France avec un étiquetage falsifié. Cependant, on ignore encore qui a procédé ouvertement à cette fraude et si la société Spanghero était au courant. Europe 1 souligne tout de même que le prix d’achat de la viande «était étonnament bas pour de la viande de boeuf» et qu’elle aurait dû avoir des doutes. 

La radio ajoute que les deux entreprises pointées du doigt ne sont pas en odeur de sainteté avec la justice. Le directeur de Spanghero avait déjà été inquiété «pour de la viande avariée dans du corned-beef» tandis que le trader de chez Draap avait été condamné l’an dernier à un an de prison pour avoir présenté comme du bœuf halal d’origine européenne de la viande de cheval importée notamment d’Amérique du Sud.