Baptème dans les Pyrénées de trois oursons nommés Callisto, Soulane et Pépite

© 2013 AFP

— 

Trois oursons nés en 2011 dans les Pyrénées ont été baptisés Callisto, Soulane et Pépite, prénoms choisis parmi quelque 20.000 propositions faites sur internet, a annoncé jeudi l'association Pays de l'ours-Adet.
Trois oursons nés en 2011 dans les Pyrénées ont été baptisés Callisto, Soulane et Pépite, prénoms choisis parmi quelque 20.000 propositions faites sur internet, a annoncé jeudi l'association Pays de l'ours-Adet. — Remy Gabalda afp.com

Trois oursons nés en 2011 dans les Pyrénées ont été baptisés Callisto, Soulane et Pépite, prénoms choisis parmi quelque 20.000 propositions faites sur internet, a annoncé jeudi l'association Pays de l'ours-Adet. Callisto, nom donné à l'une des deux jeunes femelles, était une nymphe de la mythologie grecque, transformée à sa mort par Zeus en la constellation de la Grande Ourse. Soulane, prénom que porte la deuxième femelle, est le versant ensoleillé de la montagne dans les Pyrénées. Le troisième ourson, dont le sexe n'a pas été déterminé, s'appelle «Pépite» parce que, «qu'elle soit d'or ou de chocolat, une pépite est ce qu'il y a de plus naturel et précieux», note l'association pro-ours.

La première portée de trois oursons à survivre

Un concours avait été lancé avant Noël par Pays de l'ours-Adet et le quotidien Métro pour le choix des prénoms. Les trois oursons ont tous la même mère, Hvala, et leur père est Pyros, l'ours mâle dominant du massif. C'est la première fois qu'une portée de trois oursons a survécu dans les Pyrénées, le taux de mortalité étant généralement d'environ 50% au cours de la première année. La famille peut être vue sur des photos et vidéos sur le site de l'association. Trois nouveaux oursons sont nés, en deux portées, pendant l'hiver 2012 dans les Pyrénées. Ils portent la population des plantigrades sur la chaîne entre 20 et 25 individus, selon le directeur de Pays de l'ours-Adet, Alain Reynes, interrogé au téléphone.

La très grande majorité des ours se trouve dans les Pyrénées centrales, essentiellement en Haute-Garonne et Ariège, et côté espagnol dans le Val d'Aran-Pallars Sobira. Mais, selon les pro-ours, il manque toujours des femelles dans l'ouest du massif: seuls deux mâles subsistent dans le noyau des Pyrénées-Atlantiques, en Béarn, où le gouvernement précédent avait renoncé à introduire une ourse slovène en 2011.