Les morpions, une espèce en voie d'extinction

SANTE L'épilation des poils pubiens pourrait avoir la peau des morpions...

Audrey Chauvet

— 

Epilation du maillot au laser.
Epilation du maillot au laser. — DURAND FLORENCE/SIPA

Bikini, brésilien, intégral… Des mots qui sonnent le glas du pou du pubis, plus connu sous le nom de morpion. Les médecins observent de moins en moins de cas d’infection et la généralisation de l’épilation des poils pubiens en est vraisemblablement la cause, rapporte Bloomberg

Le morpion serait ainsi menacé par la disparition de son habitat naturel, comme un nouveau genre de déforestation à grands coups de bandes de cire. Bloomberg cite une étude selon laquelle 80% des étudiants américains s’épileraient aujourd’hui le maillot, intégralement ou en partie. L’épilation intime est devenue un sujet intarissable pour les magazines féminins, qui rappellent régulièrement que le poil n’est plus du tout tendance.

Un «désastre environnemental»

Victime collatérale, le morpion a donc du souci à se faire. Même s’il existe peu de statistiques officielles sur les infections, les hôtes des poux ayant rarement envie de le déclarer, les médecins témoignent d’une baisse du nombre de cas observés. Ainsi, à Sydney en Australie, la plus grande clinique dédiée aux maladies sexuellement transmissibles n’a pas accueilli de femme porteuse de morpions  depuis 2008 et le nombre d’hommes atteints a chuté de 80% en dix ans. On estime qu’environ 2 à 10% de la population mondiale serait porteuse de morpions, selon une étude de l’Université East Carolina parue en 2009.

Ce chiffre, déjà faible, pourrait encore baisser: «L’épilation pubienne a conduit à une sévère diminution de la population de pou du pubis», explique Ian F.Burgess, un entomologiste britannique, qui parle de «désastre environnemental». Faut-il pour autant se laisser pousser les poils pour sauver les morpions? Ce n’est pas recommandé par la médecine: le morpion reste un parasite dont les piqûres peuvent provoquer démangeaisons, prurit et inflammations et il se transmet très facilement lors des relations sexuelles. S’il vient à disparaître, personne ne pleurera le morpion.