Picardie: Une femme encourt 15.000 euros d'amende et un an de prison à cause de son perroquet

FAITS DIVERS Elle avait recueilli le perroquet amazonien, membre d'une espèce protégée, alors qu'il était mourant...

Audrey Chauvet

— 

Un perroquet Amazona amazonica.
Un perroquet Amazona amazonica. — DR

Coco et Marie vont devoir se quitter. Pourtant, entre cette passionnée d’animaux, dirigeante d’un salon de toilettage dans l’Aisne, et son perroquet, c’était le bonheur. Marie Putman encourt une amende de 15.000 euros, un an de prison et la saisie de Coco, qui a le malheur d’appartenir à une espèce protégée, Amazona amazonica, pour laquelle les propriétaires doivent détenir une preuve d’achat.  Or, Coco avait été confié par un couple à Marie il y a quatre ans, alors que l’animal était mourant.

Jaloux du mari de Marie

«Personne ne m’avait jamais rien dit, a déclaré Marie Putman au Parisien, qui rapporte l’affaire. Coco a été placé sous scellés. Il est à la maison. Je lui mets la télévision toute la journée pour qu’il ne s’ennuie pas.» Marie Putman devrait comparaître prochainement devant le tribunal correctionnel de Soissons (Aisne), tandis que Coco pourrait être envoyé dans un cirque ou un zoo.

La séparation risque d’être déchirante aussi bien pour les clients du salon de toilettage, où Coco mettait de l’ambiance, que pour Marie qui avait remis le perroquet sur pattes. Le seul qui pourrait se réjouir de cette décision est le mari de Marie, dont le perroquet semble très jaloux: il insulte régulièrement le mari en lui intimant des «ferme ta…» et lui renvoie à la tête toutes les cacahuètes que ce dernier se risque à lui donner.