Baleines: Paul Watson, le fondateur de Sea Shepherd recherché par la police, se met en retrait de ses fonctions

avec AFP

— 

Le Canadien Paul Watson, fondateur de l'organisation de lutte contre la chasse à la baleine Sea Shepherd et recherché par Interpol, se met en retrait de ses fonctions au sein de l'organisation écologiste et de capitaine d'un bateau de la flotte pour des raisons légales.
Le Canadien Paul Watson, fondateur de l'organisation de lutte contre la chasse à la baleine Sea Shepherd et recherché par Interpol, se met en retrait de ses fonctions au sein de l'organisation écologiste et de capitaine d'un bateau de la flotte pour des raisons légales. — Odd Andersen afp.com

Le Canadien Paul Watson, fondateur de l'organisation de lutte contre la chasse à la baleine Sea Shepherd et recherché par Interpol, se met en retrait de ses fonctions au sein de l'organisation écologiste et de capitaine d'un bateau de la flotte pour des raisons légales. Watson est actuellement recherché par Interpol: arrêté en mai à l'aéroport de Francfort à la demande du Costa Rica qui l'accuse d'avoir mis en danger un équipage lors d'une opération contre la chasse aux requins en 2002, il avait échappé à la justice allemande et pris la fuite.

Bob Brown à la barre

Le militant écologiste, âgé de 62 ans, a démissionné de ses fonctions de président de Sea Shepherd (Berger des mers) aux Etats-Unis et en Australie. Pour des questions légales, il a également renoncé à son poste de capitaine du Steve Irwin, un bateau de la flotte qui harcèle les baleiniers japonais dans l'océan Austral. Ses fonctions au sein de Sea Shepherd ont été transférées à Bob Brown, un homme politique australien fondateur du parti des Verts. Le Steve Irwin sera désormais conduit par un marin indien, Siddharth Chakravarty, tandis que Watson restera à bord «pour rendre compte de la campagne». «Je suis très honoré de me mettre au service des baleines de l'océan Austral et de Sea Shepherd de cette manière», a déclaré Bob Brown, figure du mouvement écologiste en Australie.

La décision de Watson a été prise pour des raisons légales, a expliqué Jeff Hansen, directeur de l'association pour l'Australie. «Nous voulons bien évidemment rester dans le cadre de la loi dans tout ce que nous entreprenons, et pour cela, Sea Shepherd Australia prend les commandes de cette campagne, et Paul démissionne du conseil de direction en Australie et aux Etats-Unis», a-t-il déclaré.

Le «pirate écolo» embarqué pour une neuvième campagne

Watson, surnommé le «pirate écolo», s'était enfui cet été d'Allemagne malgré une assignation à résidence. Il avait expliqué avoir mis quatre mois pour rejoindre l'Australie en traversant «deux océans et un nombre incalculable de rivières, franchissant trois chaînes de montagne, un désert, des lacs et des dizaines de villes». Il a ensuite embarqué à bord du Steve Irwin à Melbourne le 5 novembre pour prendre la tête de la 9e campagne de l'association, la plus ambitieuse de son histoire, avec quatre navires - dont le Brigitte Bardot - un hélicoptère, trois drones et une centaine de personnes engagées. Sea Shepherd est une ONG consacrée à la protection des océans. Installée aux Etats-Unis, elle a été fondée en 1977, après le départ de Paul Watson de Greenpeace.