Des assiettes vertes pour les fêtes: Un menu végétalien

ALIMENTATION Et si cette année on tentait le réveillon local, végétalien ou cru?...

Audrey Chauvet

— 

De belles assiettes végétaliennes pour les fêtes, c'est possible comme le prouve le Gentle Gourmet Café.
De belles assiettes végétaliennes pour les fêtes, c'est possible comme le prouve le Gentle Gourmet Café. — Gentle Gourmet Café

La dinde aux marrons et la bûche au chocolat, on en est écœuré d’avance. D’autant plus qu’on pense aux pauvres oies gavées pour la tranche de foie gras qui gît dans notre assiette et au bilan carbone désastreux de la corbeille de fruits exotiques venus du bout du monde. Cette année, des chefs ont choisi de nous proposer des réveillons alternatifs pour soigner notre santé, l’économie locale ou les animaux. Caroline Pivain, de l’association Paris Vegan Day, nous présente le réveillon végétalien.

>> Découvrez  les réveillons locaux et crudivores

Pas d’animaux dans l’assiette

Pour ceux qui renâclent à l’idée de manger des bestioles, cap vers le bateau où se déroulera la Saint Sylvestre «vegan» organisée par Caroline Pivain et son association Paris Vegan Day. Au menu: un tour du monde de saveurs avec vingt recettes traditionnelles à la sauce végétalienne (pour 109 euros la soirée). «Nous avons voulu montrer qu’on pouvait faire tout type de cuisine en végétalisant les recettes, c’est-à-dire en enlevant œuf, lait animal et viande évidemment», explique Caroline Pivain, fondatrice du Gentle gourmet café, à Paris.

Les produits, quasiment tous bio, viendront à 90% de France mais les recettes viendront bien de partout: «Nous aurons du «faux gras» à base de pomme de terre, une paëlla avec une tranche de chorizo végétal, un tajine de patates douces, de la glace au sirop d'érable maison à base de lait de soja…», énumère la végétalienne convaincue. «L’année dernière nous avons eu environ 35% de végétaliens au réveillon, qui ont amené avec eux leur famille et amis omnivores pour leur faire découvrir la cuisine végétale», explique Caroline Pivain. «On ne manque de rien quand on est végétalien et on diversifie même son alimentation», assure-t-elle. «Ce qui importe, c’est la réflexion que les gens vont avoir sur ce qu’ils mangent.»