Pour Nicolas Hulot, le chef indien Raoni mérite le prix Nobel de la Paix

© 2012 AFP

— 

Nicolas Hulot a estimé vendredi que le chef indien brésilien Raoni, inlassable défenseur de la forêt amazonienne actuellement en visite en France, ferait un bon candidat au prix Nobel de la Paix et qu'il voyait en lui un autre Nelson Mandela.
Nicolas Hulot a estimé vendredi que le chef indien brésilien Raoni, inlassable défenseur de la forêt amazonienne actuellement en visite en France, ferait un bon candidat au prix Nobel de la Paix et qu'il voyait en lui un autre Nelson Mandela. — Fred Dufour afp.com

Nicolas Hulot a estimé ce vendredi que le chef indien brésilien Raoni, inlassable défenseur de la forêt amazonienne actuellement en visite en France, ferait un bon candidat au prix Nobel de la Paix et qu'il voyait en lui un autre Nelson Mandela.

«Le chef Raoni a la trempe d'un prix Nobel de la paix, quand je l'entends et le regarde, je retrouve Mandela», a déclaré Nicolas Hulot, lors d'une conférence de presse à Paris pour le lancement de la campagne «Urgence Amazonie». «Il aurait toutes les raisons d'être rancunier, vu que son territoire et sa culture continuent à être profanés, mais il n'est qu'amour et respect», a ajouté l'écologiste.

«Nous comptons sur la France pour demander au gouvernement brésilien de respecter nos droits»

Le chef indien, dont le combat a été rendu célèbre par le chanteur Sting au début des années 90, effectue un nouveau voyage en Europe pour défendre les droits des peuples indigènes et interpeller sur la responsabilité de certaines pays européens dans la déforestation de l'Amazonie. «Nous comptons sur la France pour demander au gouvernement brésilien de respecter nos droits, comme la délimitation de certains territoires, et nous demandons de l'aide pour protéger la forêt amazonienne», a déclaré le chef Raoni, aujourd'hui âgé de 82 ans.

Le chef indien a été reçu jeudi par François Hollande. Il se rendra ensuite en Allemagne, aux Pays-Bas, en Suisse et à Monaco. Gert-Peter Bruch, président de l'ONG Planète Amazone, qui lance la campagne «Urgence Amazonie», avec le soutien de la Fondation Nicolas Hulot, a pointé «la responsabilité des Européens dont la consommation participe à la déforestation». Planète Amazone, qui a reçu le soutien de l'acteur Vincent Cassel et du réalisateur Jan Kounen, dénonce les achats de soja pour le bétail européen, de bois dont l'origine n'est pas certifié et les investissements d'entreprises françaises dans des projets de barrage.