«Lonesome George» n'a pas emporté son espèce dans la tombe

ANIMAUX La tortue géante des Galapagos n'était peut-être pas la dernière sur terre...

A.Ch.

— 

Une tortue des Galapagos.
Une tortue des Galapagos. — SUPERSTOCK/SIPA

Lorsque George est mort en juin dernier, les biologistes du monde entier ont enterré avec lui son espèce, la tortue géante des Galapagos. Longtemps considéré comme le dernier représentant de cette espèce, George n’avait pas eu de descendance durant sa longue vie d’une centaine d’années. Mais d’après les dernières recherches de l’université de Yale, les gènes des tortues des Galapagos n’auraient pas disparu.

17 tortues porteuses des gênes de l’espèce

Il y aurait ainsi 17 tortues des Galapagos porteuses des mêmes caractéristiques génétiques que George, affirme le Parc national des Galapagos qui précise que la mort de George «ne représente pas la fin de l’espèce Chelonoidis abingdonii». Ce sont neuf femelles, trois mâles et cinq jeunes tortues qui se sont révélés membres de cette espèce menacée, parmi les analyses d’ADN réalisées sur 1.600 tortues vivant sur une île des Galapagos.

Les experts estiment qu’il a pu exister par le passé jusqu’à 300.000 tortues dans les archipels du Pacifique, avant que la pêche et le braconnage ne divise la population par dix. Aujourd’hui, il resterait 30.000 à 40.000 tortues de dix différentes espèces dans les Galapagos.