Chine: Liberté pour les pandas?

REPORTAGE Les réintroductions de pandas dans la nature ne sont pas exactement ce que l'on croit...

à Chengdu, Audrey Chauvet

— 

Zhen  Zhen, panda de la base de Chengdu, en Chine, a été installée dans la Panda valley le 16 novembre 2012.
Zhen  Zhen, panda de la base de Chengdu, en Chine, a été installée dans la Panda valley le 16 novembre 2012. — A.Chauvet / 20 Minutes

De notre envoyée spéciale à Chengdu

Des pandas qui quittent leur enclos de zoo pour partir à l’aventure dans les montagnes du Sichuan: l’image est belle, mais quelque peu éloignée de la réalité. A Chengdu, en Chine, les pandas choisis pour réintégrer leur milieu naturel ne sont pas exactement livrés à eux-mêmes. Ils sont encore choyés par les soigneurs de la «Panda valley», ce centre de semi-liberté où le 16 novembre dernier, deux pandas ont pris leurs quartiers.

Un programme de réinsertion en plusieurs étapes

C’est un véritable programme de réinsertion progressive qui attend Qi Zhen et Zhen Zhen, la mère et la fille pandas venues de la base des pandas de Chengdu. Dans un premier temps, elles vivront dans un large enclos et seront encore alimentées par les soigneurs et visibles par le public. Ensuite, elles passeront dans un enclos plus naturel, mais toujours avec une assistance humaine. «Dans deux mois, nous passeront à la seconde phase pendant laquelle les pandas ne seront pas enfermés et ne mangeront que du bambou naturel, explique Dunwu Qi, chercheur expert en réhabilitation. Ils n’ont pas encore eu d’entraînement, tout se passe ici, notamment pour qu’ils trouvent leur eau.»

Ce n’est qu’après cette formation que les pandas seront réellement livrés à eux-mêmes dans la nature: «Ce seront forcément les descendants de ceux d’aujourd’hui qui pourront vivre seuls, estime Jérôme Pouille, le vainqueur du concours Pambassador 2012. Il ne faut absolument pas que ceux qui naissent ici voient des visiteurs.» Difficile en effet d’imaginer que des pandas ayant perdu une bonne part de leurs instincts naturels puissent survivre seuls, avec des bambous qui poussent à la verticale quand ils n’ont jamais connu que des bambous qui arrivent déjà coupés. Xiang Xiang, un mâle de quatre ans, relâché en avril 2006 dans la réserve naturelle de Wolong, en a fait les frais: il a été retrouvé mort moins d’un an après.

Des talents… pour la déco

Le perfectionnement des techniques de réintroduction laisse néanmoins espérer que les six pandas vivant dans la Panda valley et les deux nouvelles pensionnaires connaîtront un sort moins triste. Qi Zheng, la mère, 13 ans et 106 kilos, est surnommée «panda miracle» car elle a donné naissance à huit petits qui ont tous survécu, dont Zhen Zhen, un an seulement mais déjà 40 kilos. «C’est la première fois que nous tentons de réintroduire une mère et son petit, nous allons voir si le petit apprend de la mère et si ses talents pour survivre dans la nature en sont améliorés», explique Dunwu Qi.

En attendant, Qi Zheng et Zhen Zhen ont pris possession de leur nouvelle maison et ont donné aux curieux un aperçu de leurs talents: tandis que la mère s’affairait à refaire la déco, la fille testait les espaces de jeu.

 

Si la vidéo ne démarre pas, cliquer ici.

Si elles ne sont pas encore prêtes pour la vie sauvage, les deux pandas sont bel et bien prêtes pour une vie médiatique bien remplie.

 

Si la vidéo ne démarre pas, cliquer ici.