Gaz de schiste: Le directeur de l'Agence internationale de l'énergie pense qu'on peut l'exploiter «proprement»

A.Ch.

— 

Dans un entretien accordé au quotidien Le Monde, le directeur de l’Agence internationale de l’énergie (AIE), Fatih Birol, a déclaré «possible d'exploiter proprement le gaz de schiste», mais «à condition de fixer un cadre réglementaire très strict aux industriels qui devront faire des investissements technologiques importants». Alors que le débat sur l’exploitation de ces gaz souterrains secoue la France, entre partisans d’une opportunité économique à saisir et défenseurs de l’environnement, la parole du président de l’AIEA pourrait donner du grain à moudre aux industriels.

Face à la fin de non-recevoir opposée par le gouvernement français au rapport Gallois, qui préconisait d’explorer cette potentielle source d’énergie, Fatih Birol dit «respecter» cette décision. «Mais il faut en mesurer les conséquences. La France réduit la part du nucléaire, interdit le gaz de schiste et vise à limiter plus fortement ses émissions de CO2. Ces trois éléments sont-ils compatibles? Je n'en suis pas sûr.»

Peu confiant dans les ressources renouvelables à court terme, le directeur de l’AIE estime que «les bénéfices à tirer» du gaz de schiste «peuvent être très élevés». Le sous-sol français pourrait recéler des ressources énergétiques importantes, mais «comment le savoir si l'on ne va pas regarder?» insiste Fatih Birol. Le débat sur le gaz de schiste est loin d’être clos.