Etats-Unis: La Californie rejette l'étiquetage des aliments à base d'OGM

Reuters
— 

L es électeurs de Californie se sont prononcés mardi contre une mesure qui aurait fait de l'Etat de la côte Ouest le premier aux Etats-Unis à exiger un étiquetage spécial pour les aliments renfermant des organismes génétiquement modifiés (OGM).

La mesure a été rejetée par 53% des voix contre 47% en sa faveur, d'après les résultats définitifs de la «proposition 37» baptisée «Droit de savoir».

Cette proposition avait été soutenue par plus de 60% des inscrits lors d'une consultation précédente. Un tel engouement résulte d'une initiative populaire dans un Etat qui a longtemps montré la voie sur une variété de sujets environnementaux et dispose d'un mouvement bio et d'alimentation issus des producteurs locaux en pleine expansion.

Mais la campagne publicitaire choc de 46 millions de dollars financée largement par Monsanto Co, PepsiCo et d'autres groupes d'alimentation et de boissons a eu raison du soutien des Californiens.

Le matraquage publicitaire insistait notamment sur le danger d'une telle législation qui risquait de faire augmenter les prix alimentaires et de créer un ensemble confus de règles pour les agriculteurs et épiciers de l'Etat.

Les Etats-Unis sont le premier marché au monde d'alimentation à base d'OGM. De nombreux aliments transformés, dont le lait de soja, la soupe et les céréales du petit-déjeuner, sont composés de soja, maïs et d'autres cultures issues de la biotechnologie dont les caractéristiques génétiques ont été modifiées, généralement pour les rendre plus résistantes aux insectes et aux pesticides.