Bertrand Delanoë veut interdire à Paris les véhicules les plus polluants fin 2014

avec AFP

— 

Le maire de Paris, Bertrand Delanoë, a décidé d'accélérer la lutte contre la pollution, en proposant à son Conseil le 12 novembre une batterie de mesures nouvelles, dont l'interdiction dès septembre 2014 des véhicules les plus polluants.
Le maire de Paris, Bertrand Delanoë, a décidé d'accélérer la lutte contre la pollution, en proposant à son Conseil le 12 novembre une batterie de mesures nouvelles, dont l'interdiction dès septembre 2014 des véhicules les plus polluants. — Lionel Bonaventure afp.com

Le maire de Paris Bertrand Delanoë propose qu'à partir de septembre 2014 soit interdite la circulation dans la capitale des véhicules particuliers et utilitaires de plus de 17 ans et des poids-lourds de plus de 18 ans, selon un projet de communication au Conseil de Paris que s'est procuré l'AFP.

Ces décisions concernant «les véhicules les plus polluants» seraient assorties de «mesures d'accompagnement social pour les ménages et les professionnels les plus modestes concernés», selon ce document dont le quotidien Le Monde daté de mercredi fait état avant le Conseil de Paris du 12 novembre qui débattra de ce sujet.

Sur un «territoire situé à l'intérieur de l'A86»

Pour les deux-roues motorisés, «l'interdiction de circuler pourrait s'appliquer aux véhicules de plus de dix ans», mis en circulation «avant 2004» et «qui sont les plus polluants et les plus bruyants», préconise Bertrand Delanoë. Selon le maire, cette proposition «devra être discutée et évaluée avec tous (les) partenaires» de la Ville, notamment ceux de Paris-Métropole.

Ces restrictions s'appliqueraient non seulement à Paris, mais à un «territoire situé à l'intérieur de l'A86 (A86 comprise)», en associant «toutes les collectivités de Plaine commune», c'est-à-dire la communauté d'agglomération autour de Saint-Denis, au nord de la capitale, précise le maire.

Péages et éco-taxe

Bertrand Delanoë prône aussi «l'instauration d'un péage sur les autoroutes métropolitaines» afin de «réduire le trafic routier et les nombreuses nuisances qu'il génère». Il confirme également sa «volonté de supprimer progressivement, et de manière concertée, toute circulation de transit des poids-lourds dans Paris et sur le boulevard périphérique, et de mettre en place une éco-taxe poids-lourds, sur le périphérique».

Cet ensemble de mesures, indique-t-on à la mairie de Paris, nécessite soit l'accord d'un Comité interministériel, soit - pour ce qui concerne au moins le trafic de transit des poids-lourds à Paris et sur le périphérique - de la préfecture de police de la capitale. La Ville envisage d'autre part "le développement des zones (limitant la vitesse des véhicules à) 30 km/h» à Paris intra-muros «dans les années qui viennent», en commençant par l'avenue de Clichy «à l'été 2013».

Selon la mairie, il s'agit d'engager une nouvelle étape après celle engagée en 2001 par Berrtrand Delanoë, après son élection, pour réduire le trafic automobile et les pollutions qu'il génère.