Jérôme Pouille, candidat au titre de Pambassadeur: «J'ai déjà commencé le travail d'ambassadeur»

INTERVIEW Le Toulousain de 31 ans a passé le cap des demi-finales pour devenir ambassadeur des pandas géants...

Propos recueillis par Audrey Chauvet

— 

Jérôme Pouille et les trois autres finalistes du concours Chengdu Pambassador lors des demi-finales à Edimbourg le 14 octobre 2012.
Jérôme Pouille et les trois autres finalistes du concours Chengdu Pambassador lors des demi-finales à Edimbourg le 14 octobre 2012. — J.Pouille

Ils ne sont plus que quatre: deux Britanniques, un Italien et un Français. Jérôme Pouille, 31 ans, va quitter Toulouse (Haute-Garonne) et son bureau au service du ministère de l’Ecologie la semaine prochaine pour participer à la finale du concours Chengdu Pambassadeur 2012. S’il gagne, il deviendra le porte-parole de la base chinoise d’élevage de pandas et de tous les pandas géants du monde.

Vous avez passé le cap des demi-finales le week-end dernier, en quoi consistaient les épreuves?

Nous avons été évalués sur cinq épreuves. Samedi matin, nous avons dû organiser une activité avec des enfants de 7 à 10 ans autour de la protection de la faune chinoise. L’après-midi, nous avons assisté à une conférence d’un chercheur du zoo d’Edimbourg en Ecosse, suivie d’un questionnaire sur les pandas et la base de Chengdu. Dimanche matin, nous faisions une course au trésor dans Edimbourg. L’après-midi était consacré à une épreuve d’accrobranche. Enfin, nous avons passé un entretien en anglais pour expliciter les raisons qui nous ont poussés à nous inscrire.

Quelles sont les qualités qu’un finaliste doit avoir?

L’ambassadeur du panda géant doit être capable à la fois de parler autour de lui du panda et de la base, et pouvoir sensibiliser aux menaces qui pèsent sur l’animal. L’objectif est de faire avancer la science et aboutir à une meilleure connaissance de l’espèce, qui est le premier pas de la conservation.

Vous, qu’est-ce qui vous a donné envie de devenir pambassadeur?

Je suis passionné par les pandas géants depuis tout petit. Depuis l’ours en peluche, ma passion a muri pour devenir plus scientifique depuis une dizaine d’années. En parallèle, j’ai déjà commencé le travail d’ambassadeur car j’ai créé un site Internet sur le panda géant pour sensibiliser le public et partager les connaissances. Je pense que c’est mon principal atout pour gagner.

Quelles épreuves sont au programme de la finale?

Elle va durer trois semaines et nous serons à la base de Chengdu. Nous allons participer aux activités de la base, visiter leur antenne à Dujiangyan, la Vallée des pandas, où les pandas sont placés pour apprendre à vivre dans un environnement semi-naturel, et il est aussi prévu d’aller quelques jours dans le milieu naturel pour voir l’habitat du panda et rencontrer des scientifiques qui procèdent au recensement de la population de l’animal.