L'Ile-de-France n'est toujours pas dans le vent

ENERGIE La région ne produit que 19MW d'énergie éolienne alors que les professionnels estiment le potentiel à 540MW...

Audrey Chauvet

— 

Une éolienne urbaine rue Piat à Paris. La ville de Paris et la mairie du 20ème expérimentent des éoliennes urbaines sur le belvédère de la Maison de l’air.
Une éolienne urbaine rue Piat à Paris. La ville de Paris et la mairie du 20ème expérimentent des éoliennes urbaines sur le belvédère de la Maison de l’air. — SEBASTIEN ORTOLA / 20 MINUTES

Un besoin de «pédagogie dans les communes»: Jean-Yves Grandidier, secrétaire général  de l’association des professionnels de l’éolien France énergie éolienne (FEE), ne voit pas d’autre manière d’accroître le nombre de mâts en Ile-de-France. Alors que ses voisins affichent des productions d’énergie éolienne significatives, avec 915 mégawatts (MW) en Picardie, 672MW dans le Centre ou 992MW en Champagne-Ardenne selon le ministère du Développement durable, la puissance éolienne raccordée s'établissait fin juin à seulement 19MW en Ile-de-France.

Bien sûr, la forte urbanisation de la région n’est pas innocente, la loi Grenelle interdisant de monter des mâts à moins de 500m des habitations. La présence des aéroports d’Orly et Roissy imposent également des zones de sécurité pour éviter les collisions. Mais les professionnels de l’éolien évoquent aussi les nombreuses oppositions aux projets: «On a beaucoup de mal à motiver les élus», explique FEE. «Dès qu'un permis de construire est déposé, des associations introduisent des recours. Du coup, tout est très lent.»

Ce n’est pas la place qui manque

La région est donc encore loin de l’objectif des professionnels d’atteindre 540MW raccordés en Ile-de-France. Et la récente levée de l’obligation de créer des fermes éoliennes d’au moins cinq mâts ne devrait pas vraiment aider: «Les terrains envisagés dans le sud de l’Essonne ou le sud-est de la Seine-et-Marne sont au début des grandes plaines céréalières où l’habitat est peu dense», commente Jean-Yves Grandidier. Ce n’est donc pas la place qui manque. «Il faut vraiment expliquer aux élus les bénéfices que cela peut apporter», pense-t-il.

Les mentalités semblent toutefois évoluer: la région Ile-de-France a adopté en septembre dernier son schéma régional éolien qui estime que 100 à 180 éoliennes pourraient être implantées d’ici à 2020. D’ici là, les seules éoliennes de la région continuent à tourner à Pussay, dans l’Essonne, dans un parc de seize mâts à cheval sur l’Eure-et-Loir. «L’Ile-de-France a plutôt de gros enjeux sur la géothermie et les réseaux de chaleur», rappelle Laure Tourjansky, directrice adjointe à la Direction régionale et interdépartementale de l’environnement et de l’énergie.