Bruxelles limite l'apport de biocarburants dans les moteurs européens

ENERGIE L'Union européenne souhaite plafonner les biocarburants à 5% de la consommation des transports...

A.C. avec AFP

— 

Moisson du colza dans la Sarthe en mai 2011.
Moisson du colza dans la Sarthe en mai 2011. — GILE MICHEL/SIPA

Un peu de blé, de maïs, de betterave ou de colza dans les moteurs, mais pas trop. La Commission européenne s’est prononcée mercredi en faveur d’un plafonnement des biocarburants de première génération à 5% de la consommation d’énergie des transports européens. Elle souhaite ainsi ouvrir la voie aux carburants de «seconde génération» comme les algues, les déchets ou la paille, qui n’entrent pas en compétition avec l’alimentation.

Un compromis qui ne fait que des mécontents

Actuellement, les biocarburants de première génération représentent 4,5% de la consommation d’énergie des véhicules européens. Le seuil de 5% en 2020 déplaît fortement aux industriels qui ont investi massivement dans la production d’éthanol à base de plantes sucrières ou céréalières. «Certains Etats ont déjà fait des plans qui dépassent la limite de 5%. Cette proposition va mettre un terme brutal au développement du secteur et provoquer un ralentissement dans l'industrie des biocarburants et l'emploi dans les zones rurales», a affirmé le secrétaire général de la Copa-Cogeca, une fédération d’agriculteurs européens.

Même insatisfaction du côté des associations écologistes, mais pour d’autres raisons: elles estiment que la Commission ne va pas assez loin. Pour les Amis de la Terre, la proposition «ne va pas empêcher les biocarburants de faire monter les prix alimentaires et accélérer le changement climatique». ActionAid estime pour sa part qu’elle n'empêchera pas le phénomène de «l'accaparement des terres» dont sont victimes les pays en développement. Bref, personne ne semble satisfait du compromis trouvé par la Commission européenne: reste à voir si cette décision, prise pour enrayer l’explosion du prix des matières premières agricoles, atteindra ce but.