Franprix approvisionne 80 de ses 350 magasins parisiens par voie fluviale depuis fin août, une première dans la distribution alimentaire en Europe qui pourrait être étendue à d'autres enseignes du groupe Casino et à d'autres villes, ont indiqué lundi les responsables de l'opération.
Franprix approvisionne 80 de ses 350 magasins parisiens par voie fluviale depuis fin août, une première dans la distribution alimentaire en Europe qui pourrait être étendue à d'autres enseignes du groupe Casino et à d'autres villes, ont indiqué lundi les responsables de l'opération. — Eric Piermont afp.com

Planète

Franprix livre des magasins parisiens par la Seine pour réduire les nuisances

Franprix approvisionne 80 de ses 350 magasins parisiens par voie fluviale depuis fin août, une première dans la distribution alimentaire en Europe qui pourrait être étendue à d'autres enseignes du groupe Casino et à d'autres villes, ont indiqué lundi les responsables de l'opération. Annoncé en mars et lancé en phase de test le 27 août, le dispositif devrait permettre d'économiser à terme l'équivalent de 3.874 camions par an et 37% d'émissions de CO2.

«Moins de pollution, moins d'embouteillages, moins de nuisances sonores»

Une barge achemine chaque jour 26 conteneurs de denrées alimentaires sèches (biscuits, conserves...) sur 20 kilomètres, entre le port de Bonneuil-sur-Marne (Val-de-Marne), à proximité d'un entrepôt du groupe, et celui de la Bourdonnais dans le VIIe arrondissement, à deux pas de la Tour Eiffel. «Ce projet, c'est moins de pollution, moins d'embouteillages, moins de nuisances sonores», a souligné Jean-Paul Mochet, directeur de Franprix, lors de l'inauguration officielle. Les magasins concernés se situent dans neuf arrondissements de Paris et à Boulogne-Billancourt et le groupe espère le développer dans d'autres villes de France, «à Lyon, par exemple», selon Jean-Paul Mochet.

Pour l'instant la barge n'est utilisée qu'à 50% de sa capacité et pourrait donc approvisionner «d'autres Franprix ou d'autres enseignes du groupe (comme Monoprix, ndlr)», a-t-il souligné. «Selon les historiens, ce mode d'acheminement avait disparu depuis le Moyen-Age», a ajouté Jean-Charles Naouri, PDG de Casino, précisant que cela s'inscrivait dans la démarche environnementale du groupe, qui outre les barges, recourt autant que possible au fret ferroviaire et aux véhicules hybrides. «Ce projet, ce sont quinze camions en moins chaque jour dans Paris», a estimé Hervé Montjotin, directeur général de la division transport du groupe de logistique Norbert Dentressangle, l'un des partenaires de Casino avec Ports de Paris et Voies navigables de France. «C'est une opération modeste par sa dimension mais emblématique de ce qu'on peut mettre en oeuvre en matière de report modal», c'est-à-dire pour reporter le transport routier vers les modes alternatifs, selon Hervé Montjotin, qui précise qu'il n'y a pas de coûts supplémentaires pour Casino.