Amy Winehouse: sa mort était «accidentelle» selon l'enquête

PEOPLE L'enquête a confirmé l'hypothèse d'un choc consécutif à une consommation abusive d'alcool après une période d'abstinence...

C.P.

— 

Amy Winehouse sur scène aux Eurockéennes de Belfort, le 29 juin 2007.
Amy Winehouse sur scène aux Eurockéennes de Belfort, le 29 juin 2007. — POL EMILE/SIPA

La chanteuse Amy Winehouse est morte à la suite d'un abus d'alcool, une mort qualifiée «d'accidentelle» par les enquêteurs, selon le Guardian. Le quotidien britannique rapporte que la star avait 4,16 grammes d’alcool dans le sang  au moment de sa mort.

La chanteuse britannique avait été retrouvée morte dans son appartement de Camden, au Nord de Londres, en juillet dernier. L’autopsie n’avait rien donné jusqu’à présent, et la famille comme les fans attendaient de connaître la cause de la mort. Les parents de la jeune femme de 27 ans pensaient que le sevrage d’alcool que s’imposait leur fille pouvait être à l’origine de son décès.L'enquête a confirmé l'hypothèse d'un choc consécutif à une consommation abusive d'alcool après une période d'abstinence.

Après un sevrage de trois semaines, la reprise d’alcool à la veille de sa mort, a en effet été fatale. Le médecin légiste sur l’affaire, Suzanne Greenway a expliqué qu’Amy Winehouse «avait consommé une quantité importante d’alcool (…) et la conséquence involontaire de niveaux si élevés potentiellement funestes, a été sa mort».

La police avait retrouvé dans l’appartement trois bouteilles de vodka. Il est possible, selon l’enquête, que la quantité d’alcool dans son corps l’ait empêchée de respirer, et qu’elle ait sombré dans le coma. Son garde du corps, Andrex Morris, avait jeté un œil à la chanteuse à 10h ce matin là, et pensé qu’elle dormait. Quand il avait reparu cinq heures plus tard, à 3h de l’après-midi, elle n’avait pas bougé.