Procès du médecin de Michael Jackson: Le juge écarte certains témoignages

PEOPLE La défense voulait faire témoigner le dermatologue de Michael Jackson...

C.P.

— 

Le Docteur Conrad Murray, accusé de l'homicide involontaire de Michael Jackson, lors des auditions préliminaires, à Los Angeles, le 25 janvier 2011
Le Docteur Conrad Murray, accusé de l'homicide involontaire de Michael Jackson, lors des auditions préliminaires, à Los Angeles, le 25 janvier 2011 — AP Photo/Irfan Khan

Le dermatologue de Michael Jackson ne pourra pas témoigner au procès du docteur Conrad Murray, accusé d’avoir provoqué la mort du chanteur. Un coup dur pour la défense du médecin, qui entendait montrer que c’est justement ce dermatologue, Arnold Klein, qui avait rendu la star accro au demerol, à cause de prescriptions non justifiées médicalement. Une addiction qui aurait poussé Jackson, selon la défense, à s’administrer lui-même le propofol, puisqu’il était devenu toxicomane, et était en sevrage de demerol. Il aurait donc pallié le manque avec le propofol.

>> Le jury ne verra pas les rushes des derniers jours du chanteur

Mais au tribunal de Los Angeles cette semaine, le juge Michael Pastor a estimé qu’Arnold Klein ne serait pas autorisé à comparaître. Le procureur David Walgren avait plaidé contre le témoignage, arguant que la défense voulait un transfert de responsabilité et allait blâmer Arnold Klein pour la mort du chanteur. David Walgren a également précisé qu’aucune trace de demerol n’avait été décelée lors de l’autopsie.

Des témoins triés sur le volet

Michael Pastor est très attentif aux témoignages qui seront produits dans le procès. Une douzaine d'autres personnes que la défense voulait appeler à la barre ont ainsi été refusés.

>> Procès Murray, la thèse de la dissimulation

Allen Metzger, qui a traité Michael Jackson pendant près de vingt ans, et l’anesthésiste David Adams pourront néanmoins comparaître. Selon la défense, le chanteur réclamait à Metzger des médicaments pour dormir, deux mois avant sa mort. Si le médecin, qui les lui refusait, témoignait dans ce sens, cela aiderait la défense à démontrer que Jackson, en recherche permanente de traitements, aurait pu s’administrer lui-même du propofol.