Jean Des Cars: «Le mariage d'Albert II de Monaco et de Charlène Wittstock est bien vu par le peuple»

INTERVIEW L'historien et écrivain, auteur d'un ouvrage sur «La saga des Grimaldi», explique les enjeux du mariage royal...

Propos recueillis par Sandrine Cochard

— 

Le Prince Albert II de Monaco et sa fiancée, Charlene Wittstock, lors du mariage de la Princesse Victoria de Suède et Daniel Westling, à la cathédrale de Stockholm, le 19 juin 2010.
Le Prince Albert II de Monaco et sa fiancée, Charlene Wittstock, lors du mariage de la Princesse Victoria de Suède et Daniel Westling, à la cathédrale de Stockholm, le 19 juin 2010. — REETZ/STAR PRESS/SIPA

C’est le deuxième mariage de têtes couronnées de l’année. Après le prince William et Kate Middleton, le 29 avril dernier, c’est au tour d’Albert et de Charlène Wittstock de se dire «oui», le week-end prochain, dans la principauté de Monaco. Des noces attendues de pied ferme par les Monégasques, pressés de célébrer enfin un événement heureux pour la famille Grimaldi. Interview avec Jean Des Cars, historien et écrivain, auteur d’un ouvrage sur La saga des Grimaldi (Ed. Perrin).

Pourquoi ce mariage est-il aussi important pour le Rocher?

La famille Grimaldi a été touchée par de nombreux drames: les morts de la princesse Grace puis de Rainier ont été des traumatismes, puis il y a eu beaucoup de divorces…  Aujourd’hui, le peuple monégasque a envie de bonheur pour cette famille. Ce mariage, qui n’était d’ailleurs pas une obligation, va réjouir les Monégasques.

Pourquoi ce mariage n’était-il pas obligatoire?

Car il n’y a pas à Monaco de loi salique comme dans les monarchies françaises. Depuis le XIVe siècle, les femmes peuvent succéder aux hommes. C’est ainsi que la mère du prince Rainier, la princesse Charlotte, aurait pu régner à la place de son fils. Mais elle a préféré abdiquer pour lui laisser la place. Seuls les enfants adultérins ne peuvent pas gouverner.

Quels sont les enjeux politiques de ce mariage?

Depuis 700 ans, Monaco a toujours été au cœur des enjeux européens. A tel point que toutes les successions au trône supposent l’autorisation de la République française, puisque Monaco est placé sous son protectorat. Ce qui a pu poser des problèmes dans le passé. En 1919, le seul héritier était Guillaume, duc d'Urach, de nationalité allemande. Nous sommes à la fin de la Première guerre mondiale et l’Etat français ne voulait pas prendre le risque de voir Monaco sous influence allemande. Il a donc fallu trouver un autre héritier. C’est ainsi que le prince régnant, Albert 1er, a adopté sa petite-fille Charlotte, future mère de Rainier III.

Quel sera le rôle de Charlène Wittstock après le mariage?

Elle devient la première princesse de Monaco du XXIe siècle. Elle sera chargée de toutes les activités caritatives.  Et j’espère qu’elle aura un enfant. Quant à Albert, il est difficile pour lui de succéder à un père aussi écrasant. Rainier était un bâtisseur, c’est lui qui a fait de Monaco ce qu’il est aujourd’hui, avec son Cirque et ses festivals. Albert, qui est d’un tempérament beaucoup plus doux, est obsédé par l’écologie.

Que pensez-vous de cette rumeur qui a couru mardi?

Je n’y crois pas une seule seconde.