Monarchie britannique: Vers un assouplissement des règles de succession?

S. C.

— 

Tim Hales/AP/SIPA

De la révolution dans l’air. Le gouvernement britannique se penche actuellement sur les règles de succession qui régissent la monarchie constitutionnelle. Objectif: moderniser une tradition immuable depuis 1701 et la promulgation de l'Act of Settlement, qui prévoit que la couronne se transmet de père en fils uniquement, sauf exception. Ainsi, c’est parce qu'elle n'avait pas de frères que la reine Elizabeth II est montée sur le trône.

Egalité des sexes

Cette règle pourrait toutefois bientôt changer. Le vice-Premier ministre britannique, Nick Clegg, a ouvert le débat mi-avril, estimant le moment venu d'introduire une égalité parfaite entre prétendants et prétendantes au trône. «Je pense que de nombreuses personnes auraient le sentiment aujourd'hui que si le premier enfant de Kate et William devait être une fille, il serait raisonnable d'envisager une modification des traditions et des conventions pour qu'elle puisse accéder au trône», a-t-il fait valoir.

Rien n’est encore fait mais depuis l’annonce en  novembre dernier du mariage entre Kate Middleton et le prince William, second dans l’ordre de succession, le peuple britannique se passionne pour l’avenir de la monarchie. Avec une question en filigrane: le prince William peut-il être sacré roi à la place de son père, le prince Charles?

Le prince William prêt à régner?

Si des sondages de popularité le placent déjà sur le trône, au détriment de son père, le prince William –qui affirme volontiers ne pas être pressé de devenir roi- ne devrait pas déroger à la tradition. «J’ai l’habitude de dire très familièrement que chez les Windsor, on saute tout sauf les générations, nous expliquait ainsi Marc Roche, auteur de nombreux ouvrages sur la famille royale britannique (Un ménage à trois et Elisabeth II, la dernière reine). Malgré les scandales passés, la règle est intangible. Ce sont des gens très conservateurs. Le prince Charles et le premier dans l’ordre de succession, c’est donc lui qui succèdera à sa mère et Camilla sera reine.»

Et le prince de Galles (qui attend son tour depuis 59 ans, un record) s’exerce déjà à prendre la relève d’une mère qui vient de fêter ses 85 ans et dont le jubilé sera célébré l’an prochain. «Seul le prince Charles est prêt pour le trône. Il règle déjà l’intendance depuis que sa mère a allégé son emploi du temps, note Marc Roche. Il est le seul à pouvoir assurer la continuité de la monarchie.»