L'argent donné par Kadhafi brûle finalement les doigts de quelques stars

PEOPLE Après Nelly Furtado, c’est au tour de Beyoncé de se justifier sur les sommes qu'elle a perçues lors d'un concert pour la famille du dictateur libyen...

Sandrine Cochard

— 

Jae C. Hong/AP/SIPA

L’argent du colonel Kadhafi serait-il finalement un peu trop sale pour les stars qui se sont produites pour lui ou sa famille? Après Nelly Furtado, c’est au tour de Beyoncé de prendre ses distances avec le dictateur libyen. La chanteuse s’était produite devant l’un des fils Kadhafi, le 31 décembre 2009.

WikiLeaks balance

«Tout l'argent payé à Beyoncé pour sa prestation à une soirée privée au Nikki Beach de l'île de Saint-Barthélemy, ainsi que les commissions versées à son agent, a été donné il y a plus d'un an aux victimes du tremblement de terre d'Haïti» de janvier 2010, a précisé mercredi soir Yvette Noel-Schure, la porte-parole de la chanteuse, dans un communiqué. Si l’affaire est réglée depuis plus d’un an, pourquoi en parler aujourd’hui?

Parce que le soulèvement des opposants au régime de Kadhafi prend de l’ampleur et, alors que le colonel pourrait être le prochain dirigeant mis dehors par son propre peuple, il n’est plus en odeur de sainteté ni chez les politiques, ni chez les stars. En clair, avoir fricoté ou bénéficié de largesses de la part de la famille Kadhafi est aujourd’hui très mal vu. Encore plus lorsque l’ont est «outé» par WikiLeaks, comme cela a été le cas de Beyoncé, a révélé le New York Times, la semaine dernière.

Mariah Carey, Usher, 50 Cent…

Mais elle n’est pas la seule star à avoir été grassement rémunérée par le clan Kadhafi, ce fameux soir du Réveillon. Sont ainsi épinglés Mariah Carey, qui aurait perçu un million de dollars pour quatre chansons, Usher, Jay-Z, Jon Bon Jovi ou encore Lindsay Lohan, énumère le magazine Rolling Stone qui souligne également que 50 Cent aurait également donné un spectacle devant un des fils de Kadhafi, de même que Lionel Richie. Aucun d’entre eux n’a réagi pour l’instant.

A leur décharge, «90% du temps, les artistes n’ont aucune idée» des personnes pour lesquelles elles vont se produire, affirme un agent de star contacté par Rolling Stone. Un autre se montre pourtant intraitable. «Tous les artistes ne sont pas des humanitaires. La plupart du temps, la cupidité est la règle.» Les artistes épinglés ont donc plutôt intérêt à vite renoncer aux deniers du clan Kadhafi, sous peine de voir leur image – idiote ou cupide, donc - durablement ternie.