On était dans les coulisses des NRJ Music Awards

REPORTAGE 20minutes.fr a pu assister à l'émission côté backstage et vous dévoile ce qui n'est pas passé à la télé...

Sandrine Cochard
— 
Mylène Farmer lors de la 12e édition des NRJ Music Awards à Cannes, le 22 janvier 2011.
Mylène Farmer lors de la 12e édition des NRJ Music Awards à Cannes, le 22 janvier 2011. — NIVIERE-TV/NMA11/SIPAPRES/SIPA

De notre envoyée spéciale à Cannes

20h45, samedi soir. Nikos Aliagas donne le coup d’envoi de la 12e édition des NRJ Music Awards. A l’antenne, le présentateur apparaît décontracté sur le tapis rouge qui orne les célèbres marches du palais des festivals de Cannes et lance le premier live de la soirée, par Shakira. Côté coulisses, l’ambiance se crispe.

Ruche

«Où est Yelena??» La fille de Yannick Noah doit remettre le premier trophée mais reste introuvable. Elle sera finalement à l’heure pour son entrée sur scène, décrochant au passage quelques mâchoires, avec ses jambes interminables magnifiquement mises en valeur par une robe blanche mini mini. Les suivants - Benoît et Thomas (deux candidats de Secret Story 2010) - en profitent pour prendre la pose devant quelques fans, siffler du champagne («Prends du champagne Joséphine, ça te détendra la rondelle!», s’écrie Benoît, toujours aussi classe) et répéter leur texte. Variations sur le même «Bonsoir Cannes comment ça va/vous allez bien ce soir/faites du bruit».
 
Du bruit, il y en a au moins en coulisses, ruche vrombissante où s’affairent et s’affolent une centaine de personnes: coiffeurs et maquilleurs pour une ultime retouche, assistantes chargées d’envoyer sur scène les personnalités remettant un trophée, serveurs endimanchés et fans traquant la star (plusieurs loges trônent dans les couloirs du palais, à la vue de tous). Ça court, ça crie, ça flashe, ça rit. La tendance est à l’escarpin Louboutin et à la robe de soirée souvent très courte (sauf pour Pascal Nègre qui a opté pour un costume jaune poussin).

«La vraie star, c’est Mylène»

Pendant qu’Amel Bent se déhanche sur Usher (qui se déplace avec pas moins de cinq gros bras autour de lui), l’arrivée de Laury Thilleman, alias Miss France 2011, provoque un attroupement et le crépitement des flashs. Mais le spectacle est avant tout sur scène. Une dizaine d’écrans essaimés dans tout l’étage réservé aux loges, maquillage et invités retransmettent la cérémonie, abondamment commentée en coulisses. «Ok, ils ont mis le paquet sur Shakira. Mais la vraie star, c’est quand même Mylène (Farmer)», affirme un fan. Sa prestation (enregistrée) ne suscitera pourtant pas grand enthousiasme. «Tiens, il en manque un paquet», souligne un autre devant les absences remarquées de plusieurs artistes.
 
Un petit tour aux toilettes et on se retrouve devant quatre danseuses de Sh’ym qui ajustent leur costume tout en dentelles et en résilles tout en lançant des «Allez, ça va le faire, ça va aller». Au bout d’un couloir bondé (tiens, il y a plus de monde autour de la loge des Black Eyed Peas que celle de James Blunt), Victoria Silvstedt est au bar où elle se fait littéralement dévorer des yeux.

A une quinzaine de minutes de la fin, les organisateurs coupent le son des  écrans pour demander aux gens d’éteindre leurs cigarettes. Marie-Anne Chazel, Bob Sinclar, Cathy Ghetta, Charlotte de Turckheim et son comparse Antoine Duléry on déjà plié bagages. Puis Nikos clôt la cérémonie. «Je vais enfin pouvoir m’en griller une», soupire une femme. Dehors, une centaine de personnes regardent la cérémonie depuis un écran géant, massés sur des grilles au pied des marches. Comme une répétition du Festival de Cannes.