Jean-Claude Elfassi: «Hors de question de coacher un idiot»

INTERVIEW Le célèbre paparazzi développe une nouvelle activité: le coaching de candidats de téléréalité...

Propos recueillis par Sandrine Cochard

— 

 Jean-Claude Elfassi, capture d'écran de l'émission Web Story
 Jean-Claude Elfassi, capture d'écran de l'émission Web Story — DR

Angie, Emilie, Amélie et Senna de «Secret Story», Giuseppe de «Qui veut épouser mon fils?»... Les candidats d’émissions de téléréalité sont de plus en plus nombreux à faire appel au paparazzi Jean-Claude Elfassi. Objectif: apprendre à tirer parti au maximum de leur notoriété éclair. Interview.
 
Comment choisissez-vous les candidats que vous coachez?
Ceux qui ont un fort potentiel, du charisme et une parole. Hors de question de coacher des idiots, des girouettes ou des ingérables, comme Benoît (le gagnant de Secret Story 2010). Je m’occupe de ceux que je juge «bankable». Emilie était la candidate idéale: elle avait beaucoup de pep’s, elle n’énervait personne mais pouvait parfois piquer une petite crise. Le but est d’aider les candidats à avoir une bonne image et à aller le plus loin dans le jeu pour pouvoir travailler ensemble ensuite.
 
Quel est votre rôle?
Faire monter le buzz autour d’eux et vendre des interviews et des rendez-vous avec la presse. Il faut les faire exister médiatiquement le plus longtemps possible. Je leur apprends à ne pas trop se dévoiler pour avoir encore des choses à dire plus tard. Certains candidats ont une espérance de vie dans la presse de quelques semaines, d’autres de plusieurs mois.
 
D’où la mise en place d’une vraie stratégie de com’…
Oui. Il faut un buzz par semaine, ça permet d’entretenir la demande du public. Pour cela, on propose des photos de leur quotidien, comme lorsqu’Amélie et Senna sont partis à Venise en amoureux ou ont emménagé ensemble. C’est une sorte de roman-photos dans lequel il faut raconter des histoires qui plaisent au public. Je connais bien la presse people, je sais ce qui accroche et je connais les pièges dans lesquels il ne faut pas tomber.
 
Combien se négocie une interview?
Je ne peux pas en parler, mais il y a eu des chiffres avancés dans la presse concernant Amélie (entre 31.500 et 35.000 euros l’interview). C’est elle qui a le plus gagné, plus que tous les candidats réunis. Mais il n’y a pas que les interviews. Les candidats médiatiques qui ont une bonne image peuvent ensuite vendre leur présence dans des galas et des boîtes de nuit.
 
Quel est le montant de votre commission?
Je préfère ne pas en parler car j’ai déjà eu trois contrôles fiscaux!