Retour sur la page d'accueil 20 Minutes
GLOUBI-BOULGAGims répond aux moqueries sur sa théorie des pyramides

Gims répond aux moqueries sur sa vision des pyramides avec un single et un clip

GLOUBI-BOULGA
Le chanteur a relayé des théories complotistes affirmant qu’il y avait de l’électricité du temps de l’Egypte antique
Gims répond aux moqueries sur sa théorie des pyramides.
Caroline Madjar (Cover Media)

Caroline Madjar (Cover Media)

Si le mois dernier Gims faisait parler de lui pour son duo avec Carla Bruni-Sarkozy, cette semaine, c’est pour tout autre chose. Le chanteur aux cinq NRJ Music Awards a fait sienne des théories révisionnistes et complotistes sur l’Egypte antique.

Invité de la chaîne YouTube Oui Hustle, il a tout d’abord affirmé que « l’Afrique c’est le Wakanda », et il en voulait pour preuve : « À l’époque de l’empire de Koush (un royaume de l’Égypte antique), il y avait l’électricité. »

« Les pyramides qu’on voit, au sommet il y a de l’or ! L’or est le meilleur conducteur pour l’électricité. C’étaient des foutues antennes, les gens avaient l’électricité », a-t-il ajouté.

Cette théorie avait été remise au goût du jour en 2010 dans un documentaire de Jacques Grimmault, un conférencier qui avait également remis en cause l’existence des chambres à gaz, comme le rappelle Tristan Mendès France, spécialiste des cultures numériques et membre de l’Observatoire du conspirationnisme, sur Twitter.

De complot en complot

Gims, lui, a assuré que « les historiens le savent », sous-entendant donc qu’on préfère nous cacher que du temps de l’Egypte antique, en lieu et place du « c’est pas Versailles ici », on devait sûrement dire « c’est pas Gizeh » quand on oubliait d’éteindre l’interrupteur. Mais pourquoi diable aurait-on intérêt à nous laisser dans l’ignorance ?

« L’Afrique a peuplé l’Europe avant les Européens, on les appelait les Afropéens. Les Afropéens peuplaient l’Europe il y a 50.000 ans. Ils ont été décimés par les vrais Européens, entre guillemets, qui venaient d’Asie », lance-t-il.

Cette autre théorie est une resucée des travaux de l’historien sénégalais Cheikh Anta Diop. « Les contemporains de la naissance de l’égyptologie moderne savaient parfaitement que l’Égypte était une civilisation nègre et négro-africaine, mais ils ont falsifié sciemment l’histoire », affirmait-il en 1983 sur RFO, et qui ne fait toujours pas l’unanimité aujourd’hui auprès des chercheurs.

Des tests ADN avaient d’ailleurs été effectués sur des momies en 2017. Le résultat était que les momies étaient plus proches des habitants du Proche-Orient de l’époque que de l’Afrique subsaharienne, comme le relayait France Info au moment de l’exposition sur Toutânkhamon.

Coup de pub ou coup de tête ?

Face aux moqueries sur les réseaux sociaux, mais surtout au fact-checking des scientifiques, chercheurs, archéologues et spécialistes de l’Egypte antique, Gims a sorti l’argument massue : « J’dis plus rien, vous aimez trop sortir mes mots d’leur contexte. »

C’est en effet ce qu’il chante dans son titre Hernan Cortes, qui se termine sur des extraits de réactions des médias à propos de sa théorie sur les pyramides et l’Afrique. Un single sorti hier et agrémenté d’un clip dans lequel on voit une image fixe : des pyramides (dessinées) avec le sommet recouvert d’or (un peu comme dans Les Mystérieuses Cités d’or, peut-être se réserve-t-il les théories mayas pour un autre jour voire une autre chanson).

Reste à savoir si Gims a manipulé des concepts révisionnistes dans le but de faire de la pub à son nouveau single et garnir un peu plus son compte bancaire sur le dos des crédules, ou bien s’il a écrit cette chanson aussi rapidement qu’un fan des théories du complot recrache l’Histoire de l’humanité après avoir passé trop de temps sur les réseaux sociaux.

Sujets liés