Robert Downey Jr. raconte ses addictions passées dans son nouveau documentaire

INTROSPECTION Dans ce documentaire qu’il produit, l’acteur oscarisé confronte son père qui l’a initié aux drogues

20 Minutes avec agences
L'acteur Robert Downey Jr.
L'acteur Robert Downey Jr. — BauerGriffin / INSTARimages.com / Cover Images

Robert Downey Jr. produit un documentaire avec Netflix sur son père, le réalisateur récemment décédé, Robert Downey Sr.. Aujourd’hui sobre, il y aborde notamment sa propre addiction aux drogues auxquelles il a été initié par son paternel, sa carrière ayant été malmenée au gré de ses arrestations, emprisonnement et bad buzz liés à ses abus toxiques.



Le contexte hollywoodien était plus que favorable à la prise de drogue, évoque t-il. Robert Downey Jr. se rappelle être devenu dépendant vers 1987, quand il tournait le film Neige sur Beverly Hills.

« C’était juste une époque dingue. Tout ça est lié à la créativité. Nous modifions tous notre conscience avec des substances. Je jouais juste un peu à vouloir m’apaiser ou rester chargé plutôt que de faire face au fait que les choses avaient un peu dérapé », confie-t-il.

Avec le recul, il se demande même comment ils ont pu terminer un seul film, étant donné « la culture de la drogue dans laquelle nous étions tous coincés ».

Papa fumeur

Si l’implication du monde du cinéma dans toutes sortes d’addictions n’est pas une révélation, celle sur le premier contact, à l’âge de six ans, de Robert Downey Jr. avec la drogue l’est bien davantage. Et c’est assez choquant ! Le documentaire, grâce à une interview d’archives ou père et fils sont côte à côte, indique que Sr. y a joué un rôle moteur.

« Beaucoup d’entre nous ont fait des choses et ont pensé qu’il serait hypocrite de ne pas faire participer nos enfants à la marijuana et à des choses comme ça. Alors on a pensé que c’était mignon de les laisser en fumer et tout ça. C’était un geste idiot de notre part, pour beaucoup d’entre nous, de partager ça avec nos enfants », déclare le père du comédien, qui avait une conception particulière de la responsabilité parentale.

Pas étonnant donc, quand son fils au téléphone lui signale qu’il va aborder ces questions dans le documentaire, que le père avoue qu’il aimerait « vraiment échapper à cette discussion » !