Après s’être affiché avec le slogan « White Lives Matter », Kanye West n’amuse plus le monde de la mode

CLASH De « Vogue » aux célébrités, tous ont condamné l’attitude du rappeur qui a repris la réponse des suprémacistes blancs au mouvement Black Lives Matter pour son défilé

Caroline Madjar (Cover Media)
Le rappeur et créateur Kanye West
Le rappeur et créateur Kanye West — Media Punch/INSTARimages.com/Cover Images

Kanye West voulait choquer, c’est réussi, mais pas forcément comme il l’envisageait. Pour présenter sa nouvelle collection Yeezy à la Fashion Week de Paris, le rappeur est arrivé vêtu d’un tee-shirt floqué du slogan « White Lives Matter ». Cette phrase est la réponse de l’extrême droite et des néonazis américains au mouvement Black Lives Matter, qui défend les droits civiques des Noirs, notamment aux Etats-Unis.



Pour bien appuyer son message, Ye était en compagnie de Candace Owens, éditorialiste afro-américaine ultra-conservatrice, soutien de Donald Trump et initiatrice du « Blexit ». Ce mouvement (nommé après le Brexit) s’adresse aux Afro-Américains afin de les encourager à se détourner du parti démocrate, pour lequel ils votent majoritairement, et rejoindre les rangs conservateurs.

Le rappeur s’est par ailleurs fendu de quelques tweets, dont un, effacé depuis, dans lequel il qualifie le mouvement Black Lives Matter d’« arnaque » et se félicite d’y avoir « mis fin » avec son défilé.

Un ready-made raté

De fait, de mode, il n’en a pas beaucoup été question lors du passage de Kanye West à la Fashion Week de Paris. Certains invités sont partis, à l’instar de Jaden Smith, le fils de Will Smith. Personne n’a parlé de ses 30 looks présentés sur le podium, sauf, bien sûr, de ce fameux tee-shirt et de son slogan dans le dos. Sur le devant, c’est une photo de Jean-Paul II avec la phrase « Seguiremos tu ejemplo », soit « Nous suivrons ton exemple ».

La rédactrice de Vogue, Gabriella Karefa-Johnson, a réagi par une série de Stories Instagram, dans lesquelles elle explique que le message de Kanye West est « profondément insultant, violent et dangereux ».

« Je crois avoir compris ce qu’il a essayé de faire – il pensait que c’était du Duchamp. Ça ne l’était pas », a-t-elle entamé, en référence à l’artiste Marcel Duchamp, célèbre notamment pour le ready-made, qui détourne un objet manufacturé de son emploi initial. « L’idée que la suprématie blanche est en danger d’extinction est ce qui justifie les incarcérations de masse, les tueries de masse, et, effectivement, l’avènement de l’esclavage », a-t-elle ajouté, dénonçant « la grande irresponsabilité » de Kanye West en offrant une plateforme aux « extrémistes ».

Insultes et harcèlement

La réponse du créateur n’a clairement pas été à la hauteur du débat qu’il a lui-même initié. Kanye West a publié sur son compte Instagram une photo de la journaliste pour s’attaquer, en légende, à son apparence et ses choix vestimentaires. Des insultes qui ont scandalisé notamment Gigi Hadid.

« Tu aimerais avoir une fraction de son intellect. Tu n’en as aucune idée haha… S’il y a vraiment un intérêt à tes conner*es, elle est peut-être la seule personne à pouvoir te sauver. Comme si "l’honneur" d’être invité à ton défilé devait empêcher quelqu’un de donner son avis ? Lol. Tu es un tyran et un bouffon », a écrit le mannequin dans les commentaires.

Le magazine Vogue a également apporté son soutien à sa journaliste, dénonçant le harcèlement du rappeur. « Elle a été personnellement ciblée et harcelée. C’est inacceptable », peut-on lire dans le tweet du magazine, qui annonce que Gabriella Karefa-Johnson et Kanye West ont eu une entrevue.



Un rendez-vous confirmé par le rappeur, qui a depuis effacé ses insultes, pour les remplacer par une tirade tout en capitale. Il y explique que la journaliste est sa « sœur » et qu’ils ont échangé « pendant deux heures », le tout étant « filmé par Baz Luhrmann ».

De Donald Trump aux suprémacistes blancs

« Nous nous sommes excusés mutuellement pour l’impression que nous avons chacun fait à l’autre. (…) Elle n’était pas d’accord, je n’étais pas d’accord, nous n’étions pas d’accord. Au moins nous aimons tous les deux Ferdie (un restaurant italien à New York) et la mode », a-t-il conclu.

De son côté, Gabriella Karefa-Johnson a remercié ceux qui l’ont soutenue pendant ce qu’elle a comparé à une partie de « Mortal Kombat ». « Une chose à mon sujet : je dirai toujours ce que je pense, et j’essayerai toujours d’honorer ma vérité. Mes avis m’appartiennent et je les assume », a-t-elle ajouté en Story sur Instagram.

Depuis plusieurs années maintenant, Kanye West s’affiche aux côtés de la frange la plus extrême à la droite de l’échiquier politique américain, entre autres en soutenant Donald Trump. Ses déclarations vont de pair avec les idées véhiculées par ces mouvements. Il a notamment affirmé que les Noirs n’avaient pas subi l’esclavage, mais qu’il s’agissait d’un « choix » de leur part.