Pharrell Williams lance un grand vide-grenier virtuel avec les trouvailles de sa penderie

MENAGE Le musicien semble avoir besoin de faire de la place dans sa vie

20 Minutes avec agences
— 
Le musicien Pharrell Williams
Le musicien Pharrell Williams — JOHN NACION/startraksphoto.com

Pharrell Williams fait le ménage. Pas dans son entourage (en tout cas il n’en a pas parlé) mais dans ses affaires. L’artiste a décidé de vendre aux enchères des objets divers (vêtements, montres, bracelets, meubles, téléphones customisés, etc), qu’il a accumulés au cours de ses plus de 30 ans de carrière.



On ignore exactement ce qui a provoqué cette volonté de se débarrasser du superflu, puisqu’il avoue avoir environ 11 conteneurs remplis de bazar dont il n’a pas « besoin », mais dans un entretien avec le Financial Times, l’icône de la musique et de la mode a donné des pistes sur ce qui ressemble à un éveil spirituel.

« Spirituellement, c’est une expérience très riche, une expérience éclairante, de laisser… les histoires partir… », a-t-il confié, mystérieux.

Un peu de tout !

De fait, l’interprète de Happy se décrit aujourd’hui comme une « unité spirituelle éveillée ». Un Pharrell Williams dont l’esprit s’est visiblement élevé très haut dans les cieux, mais dont les pieds sont toujours bel et bien ancrés très profondément dans le sol des affaires. En effet, l’annonce de cette vente hors norme participe à la promotion de la plateforme qu’il vient de créer, baptisée Joopiter. Il s’agit d’une référence à la planète Jupiter, dont les « connotations astrologiques », selon la star, sont « la chance et l’ambition », mais qui reste, ni plus ni moins, qu’un site de vente aux enchères.

Parmi les objets qu’il cédera au plus offrant, donc, on devrait retrouver des Stan Smith customisées avec 1.600 cristaux Swaroski, un coffre de rangement Louis Vuitton avec le logo de sa marque Billionnaire Boys Club, des chaussures Timberland sur lesquelles la star a écrit « Equality via Education », ou encore des bagues ornées de diamants.

Joopiter a été créé par les équipes de Pharrell, et il compte, une fois qu’il aura vendu toute sa penderie, en faire une plateforme accessible à tous, dédiée à la mode et à la musique.

« La mode et la musique, c’est comme le temps et l’espace, on ne peut pas avoir l’un sans l’autre. Vous savez, même Mozart portait quelque chose », explique le musicien, qui ne précise pas le montant de la commission que prélèvera sa nouvelle maison d’enchères à chaque vente.