Le footballeur John Terry revisite le classique triangle amoureux, en plus sordide

PEOPLE Le capitaine de l'équipe d'Angleterre et joueur de Chelsea a trompé sa femme avec la petite amie de son meilleur ami, Wayne Bridge...

Bérénice Dubuc

— 

Le joueur de Chelsea et capitaine de l'équipe de football d'Angleterre, John Terry, et sa femme, Toni Poole, lors du mariage de Joe Cole et Carly Zucker, au Royal Hospital de Chelsea, en Grande-Bretagne, le 20 juinn 2009.
Le joueur de Chelsea et capitaine de l'équipe de football d'Angleterre, John Terry, et sa femme, Toni Poole, lors du mariage de Joe Cole et Carly Zucker, au Royal Hospital de Chelsea, en Grande-Bretagne, le 20 juinn 2009. — Facundo Arrizabalaga / /REX/SIPA
Femmes de footballeurs, ce n’est pas que de la fiction. En tout cas, en Angleterre. La preuve: les rebondissements sordides de l’affaire John Terry. Vendredi dernier, l’infidélité du capitaine de l’équipe nationale anglaise avec un mannequin lingerie, Vanessa Perroncel, a été révélée. Le joueur est marié, mais ce n’est pas le premier coup de canif dans le contrat. L’intérêt de l’histoire est tout autre: la jeune femme n’est autre que la petite amie de son meilleur ami et ancien co-équipier, Wayne Bridge.

Selon des proches, la liaison aurait débuté l’été dernier, alors que la relation de la jeune femme avec Wayne Bridge était bancale, du fait de son transfert à Manchester City en janvier 2009. Le couple s’est d’ailleurs séparé en décembre dernier. À cette époque, Vanessa Perroncel avait affirmé: «C’est une séparation à l’amiable. Je vous assure que personne d’autre n’est impliqué.»

Confidentialité pour conserver ses sponsors


En fait, John Terry aurait fait signer à la jeune femme un contrat de confidentialité pour qu’elle n’ébruite pas leur liaison. Détail encore plus glauque, la jeune femme serait tombée enceinte à l’automne dernier et le joueur des Blues, élu il y a quelques semaines «Papa modèle de 2009», se serait arrangé pour la faire avorter dans une clinique haut de gamme, dans le seul but d’étouffer une nouvelle aventure extra-conjugale.

Le joueur avait en effet déjà fauté en 2005, et promis, au cours d’une interview, de ne plus jamais recommencer. Un proche affirme: «Alors qu’il a trompé Toni à de nombreuses reprises, et qu’il a publiquement promis qu’il lui serait à 100% fidèle, il savait qu’il ne serait plus jamais associé à l’homme modèle recherché par nombre de ses sponsors.»

Ce qui explique son empressement à faire interdire l’histoire dans les tabloïds britanniques. John Terry a obtenu la semaine dernière une injonction empêchant toute publication, retirée plus tard par le juge, qui a considéré que le joueur cherchait seulement à protéger ses contrats de sponsoring très lucratifs. Ils lui rapporteraient plus de 7 millions de livres (8 millions d'euros) par an.

Conséquences


Son club de Chelsea lui a donné l’autorisation d’aller tenter de reconquérir son épouse le week-end de la Saint-Valentin, même si pour ce faire, il va manquer le match de Cup (l’équivalent de la Coupe de France) contre Cardiff City. Toni, 28 ans, a en effet demandé le divorce et pris un avion pour Dubaï avec ses enfants, après la révélation de l’avortement de Vanessa Perroncel.

Une source du club a affirmé: «John pense qu’il peut encore récupérer Toni et sauver son mariage. C’est sa dernière chance. Il ne reviendra pas de Dubaï sans s’être réconcilié avec elle.» Car, si elle a choisi Dubaï pour s’éloigner, l’émirat est également chargé de symbole pour la jeune femme: c’est là que John Terry lui a fait sa demande en mariage, et qu’ils ont passé leur lune de miel.

En tout état de cause, le joueur a intérêt à recoller les morceaux. Un divorce coûterait 10 millions de livres (13 millions d’euros), alors que, déjà, l’annonce de sa liaison lui a peut-être coûté son capitanat de l’équipe nationale d’Angleterre pour la coupe du monde.