Roman Polanski libre vendredi (ou pas)

PEOPLE Le réalisateur doit verser la caution de 3 millions d'euros dans les prochains jours...

S. C. avec agence

— 

Roman Polanski le 19 février 2009 à Potsdam.
Roman Polanski le 19 février 2009 à Potsdam. — H. HANSCHKE

Cinq jours après l'annonce de sa libération prochaine, Roman Polanski est toujours en prison. Il n'en sortira pas «avant vendredi», a indiqué mardi à l'AFP le porte-parole du ministère suisse de la justice Folco Galli.

Caution


Le réalisateur devait quitter sa prison lundi mais sa caution, fixée à 3 millions d'euros, n'a toujours pas été versée. Elle devrait l'être «dans les prochains jours», assure Folco Galli. Selon le quotidien suisse La Tribune de Genève, le réalisateur «aurait hypothéqué son appartement parisien dans lequel vit sa famille» pour réunir une telle somme.

Le virement de la caution ne devrait pas représenter de problème, a précisé Thomas Fingerhuth, avocat spécialisé dans le droit pénal, à l'AFP. «Habituellement, le montant est remis en liquide ou, dans le cas d'une somme aussi élevée, viré sur un compte de la Confédération», a-t-il expliqué, ajoutant qu'une fois la caution reçue, le plaignant est libéré dans de très brefs délais.

Libération


Une fois libre, le cinéaste sera assigné à résidence dans son chalet à Gstaad, en Suisse. Il sera équipé d’un bracelet électronique qui transmettra ses moindres déplacements. Ceci en vue d'éviter une nouvelle fuite du réalisateur, qui avait quitté les Etats-Unis en 1978 avant la fin de son procès. Le dispositif de suveillance a été installé ce week-end dans le chalet de Roman Polanski. 

>> Ce qui attend Roman Polanski? Pour le savoir, cliquez ici.

S'il a interdiction de quitter sa demeure de 1.800 m2, le cinéaste pourra «recevoir dans sa maison toutes les personnes qu'il souhaite et les héberger comme il veut», selon Folco Galli. Il pourra également «téléphoner sans aucune limitation et correspondre par e-mail avec qui il l'entend».

Ensuite, la justice américaine décidera le 10 décembre prochain si les poursuites contre Roman Polanski sont maintenues ou abandonnées.