Robert Pattinson capitalise sur les rôles de héros romantiques

PORTRAIT «Twilight» est de retour, Robert Pattinson le «beau gosse» qui affole les moins de 20 ans aussi...

Bérénice Dubuc

— 

 
  — R. DUVIGNAU / REUTERS

Le deuxième volet de la saga Twilight, Tentation, sort ce mercredi dans les cinémas français . Et ce, pour le plus grand plaisir des midinettes: ce retour dans les salles obscures signe aussi celui de Robert Pattinson, l’acteur britannique de 23 ans qui interprète Edward Cullen, le vampire romantique, héros de la saga.
 
Et on s’attend d’ores et déjà à un déferlement de jouvencelles, à des larmes par citernes, et à une consommation extraordinaire de mouchoirs, puisque dès qu’il apparaît quelque part, c’est l’émeute. En Italie, au printemps dernier, les fans étaient venus du monde entier pour l’entre apercevoir sur le tournage de la saga, et lors du gala de l’amfAR contre le Sida à Cannes, en mai dernier, une personne complètement «Robsédée» a payé 20.000 dollars (près de 13.380 euros) pour un baiser sur la joue.
 
Cedric Diggory et Edward Cullen

La carte maîtresse de RPatts, comme l’appellent les Américains, pour déchaîner les foules de jeunes filles en fleur? Ses rôles de héros romantique. Le premier en 2005, dans Harry Potter et la Coupe de Feu, où il incarne Cedric Diggory. Lui, c’est le beau gosse de Poudlard à qui tout réussit, qui est sélectionné pour le Tournoi des Trois Sorciers, qui sort avec celle dont Harry est amoureux, mais qui finit tout de même par mourir à la fin. Ce rôle lui vaut d’être désigné «star anglaise de demain» par le Times. On le compare également à Jude Law.
 
Mais le rôle qui le fait connaître, c’est le fameux Edward Cullen de Twilight. Le mélange parfait: un vampire qui boit du sang, même si ce n’est que du sang d’animal, ça fait frissonner la jeunette, sans parler de la métaphore de la morsure. Edward est aussi ténébreux et mutique, et est fou amoureux de Bella, une simple humaine. L’adolescente est intriguée par le personnage, et l’idylle – toujours chaste, n’oublions pas que Stephenie Meyer, l’auteur de Twilight est mormone - entre les deux héros la fait rêver. D’autant plus lorsque le vampire décide de partir, façon de résister à la tentation de goûter au sang de sa Juliette, et va même jusqu’à la tentative de suicide, tout torse dehors, sous le soleil de Toscane. So romantic.
 
Bides


Avant de découvrir ce filon, Robert Pattinson avait fait quelques tentatives plutôt ratées au théâtre, et une petite carrière de mannequin, «la carrière la moins couronnée de succès» de son propre aveu. Il a également joué dans Vanity Fair, réalisé par Mira Nair avec Reese Witherspoon, mais ses scènes ont été coupées au montage et n’apparaissent que sur le DVD. Pour les «Robsédées» only, donc. Malheureusement pour l’acteur, son prochain rôle au cinéma ne devrait pas surpasser les précédents: l’artiste Salvador Dalí (moustache brune comprise) dans ses jeunes années, amoureux du poète Federico García Lorca. Mais Little Ashes est sorti aux Etats-Unis au printemps dernier seulement dans quelques salles, et on risque de ne pas le voir en France.
 
S’il ne choisit pas de se reconvertir dans la musique – il joue du piano et de la guitare, et deux de ses chansons figurent sur la BO de Twilight - RPatts va donc devoir continuer de capitaliser sur la saga. Déjà élu homme le plus sexy du monde par le Glamour britannique, il fait partie du top 15 du classement 2009 du magazine People. Problème pour lui: il y a un loup-garou en embuscade. Le second rôle de Twilight, Taylor Lautner, qui incarne Jacob, a tout autant le profil du genre idéal, tout autant de fans (qui font partie de la «Team Jacob» et affrontent la «Team Edward»), mais des traits moins étrange – notamment de profil – et beaucoup plus d’abdos.