Dans quelles circonstances est mort Jocelyn Quivrin?

ENQUETE Retour sur ce qui s'est passé dimanche soir…

Sandrine Cochard

— 

 
  — SOGLIA GIOVANNI/OH/SIPA

Deux jours après la mort de l’acteur Jocelyn Quivrin, survenue dimanche soir, de nombreuses interrogations demeurent sur les circonstances de l’accident.
 
>> Lire le portrait de Jocelyn Quivrin en cliquant ici.

Que s’est-il passé dimanche soir?
Jocelyn Quivrin a perdu le contrôle de son véhicule, une puissante Ariel Atom, dans tunnel de Saint-Cloud, en direction de Paris, sur l’A13. Sa voiture a percuté le côté gauche du tunnel avant d’être coupée en deux. L’une des parties s’est ensuite embrasée. On ignore pourquoi l’acteur a perdu le contrôle de son véhicule. A-t-il été gêné par une autre voiture? A-t-il glissé sur la chaussée mouillée? Roulait-il trop vite? Aucune piste n’est privilégiée pour l’instant. On sait en revanche que c’est sa compagne l’actrice Alice Taglioni qui, inquiète de ne pas voir Jocelyn Quivrin arriver, a alerté la police. Elle roulait devant lui, dans un autre véhicule.
 
A quelle vitesse roulait Jocelyn Quivrin?

On sait que l’acteur était au volant d’un bolide, capable d’accélérations puissantes et dont la vitesse de pointe est de 240 km/h. Lorsque les pompiers et les policiers se sont rendus sur les lieux de l’accident, ils ont découvert que le compteur était bloqué à 230 km/h. On ignore si cela est dû au choc, qui a pu faire bouger l’aiguille, ou si l’acteur roulait à cette vitesse. Selon le quotidien Libération, l’acteur s’était déjà vu confisquer une voiture, en 2007, sur le parking de l’hôtel Normandy, à Deauville.
 
L’Ariel Atom est-elle autorisée en France?
Oui, même si ce modèle ne dispose pas d'une homologation globale au niveau européen. Seuls 27 modèles ont reçu l’homologation des Directions régionales de l'industrie, de la recherche et de l'environnement (Drire). Seul impératif pour le conducteur de ce roadster, qui n’a ni toit, ni portes, ni pare-brise: être équipé d’un casque. Le véhicule que conduisait Jocelyn Quivrin était immatriculé au Royaume-Uni, «ce qui laisse supposer qu'il était autorisé à circuler sur nos axes», selon une source proche de l'enquête citée par l’AFP.
 
Qu’a donné l’appel à témoin lancé lundi par les enquêteurs?
«On a des appels, on a des précisions, s’est bornée à répondre la brigade judiciaire de la CRS autoroutière Ouest Ile-de-France contactée par 20minutes.fr. On a des instructions, on ne communique pas sur l’enquête.» Impossible donc de savoir ce qui s’est vraiment passé dimanche soir.