L'arc triomphe avec une fête bien mortelle

— 

Vacances scolaires obligent, la semaine dernière était calme en mondanités et le week-end chargé. La faute aux Américains, qui ont eu la riche idée de remplacer la fête des morts par la teuf de la citrouille. S'il est de bon ton de cracher sur Halloween, notons que l'import à but lucratif de cette nouba a le mérite de réveiller une capitale noyée dans la grisaille automnale.

Pour célébrer l'événement dignement, direction l Arc, à Paris. Entièrement reconstruit sur les cendres de l'Etoile, le restaurant-club situé à deux pas des Champs-Elysées vient de rouvrir ses portes. Et la nouvelle formule enrichie en bonnes vibrations fonctionne déjà à plein régime. Le buzz est tel qu'à 22 h, le resto au premier étage affiche complet. Plus spacieux qu'auparavant, le lounge n'a rien à envier aux meilleurs spots new-yorkais question déco, avec ses tons neutres et ses touches pop art.

L'ambiance chaleureuse est propice aux rencontres et pour ne rien gâcher, l'endroit est gavé de mannequins. Miam ! Reliftée par un jeune chef de 28 ans, la carte propose une cuisine raffinée à tarifs abordables. Miam bis ! Entre deux bises, une coupe et trois coups de fils, Patricia Van Den Reysen, la nouvelle directrice de communication du lieu, est comme un poisson dans l'eau : « L'objectif est de créer un Chateau Marmont [mythique club et hôtel de Los Angeles] parisien avec une clientèle chic et des fiestas choc ! »

Minuit. Dehors, ça joue des coudes pour entrer. L'ancien physio du Néo officie et ne laisse rien passer. Preuve en est, le champion du monde de judo Teddy Riner a beau débouler dans un Hummer limousine, lui et sa quinzaine de potes resteront sur le trottoir. Pour franchir la porte, mieux vaut ne pas trop forcer sur le déguisement et surtout être bien accompagné.

Dans le club, c'est la guerre. Tout neuf, le sound system envoie des watts à gogo et un son aussi puissant que chaleureux. Derrière les platines, Ryan Stark balance des tubes bien sentis alternant hip-hop West Coast et électro sous amphètes. Les deux carrés VIP débordent et, sur les tables, les magnums de champagne coulent à flot. La faune est belle et bourgeoise. Design, la terrasse offre aux fumeurs un coin détente ambiance Miami. Seul bémol, le sol mouillé peut vite se transformer en patinoire olympique. Le clubbing à l'Arc est un sport aussi jouissif que dangereux. Surtout à deux grammes dans le sang. W