Décès du comédien Pierre Doris, roi de l'humour noir

PEOPLE Le spécialiste de l'humour noir disparaît au seuil de ses 90 ans...

20minutes.fr

— 

Pierre Doris en 1990
Pierre Doris en 1990 — Souloy/Sipa

Il ne pourra pas rire de sa mort. L'humoriste et comédien Pierre Doris est décédé mardi soir à Paris, des suites d'un cancer du foie à l'âge de 89 ans, annonce l'AFP. De son vrai nom Pierre Tugot, il allait fêter jeudi ses 90 ans.

Comédien au physique rond et à l'humour noir, Pierre Doris avait débuté sa carrière à la fin des années 50. Il écumait les galas et les cabarets dans des one-man shows où il laissait libre cours à un humour acide, en précurseur de Coluche et Pierre Desproges. En 1971, il montre une nouvelle facette de sa palette d'acteur en tournant pour la télévision «La maison des bois», sous la direction de Maurice Pialat. Il y interprète un garde-barrière au grand coeur recueillant un jeune orphelin, dans un rôle à contre-emploi.

Souvent second rôle

Mais au cinéma, Pierre Doris est souvent abonné aux personnages d'affreux et aux seconds rôles. Il joue dans de nombreuses comédies, dont «Fortunat» (1960) aux côtés de Bourvil et Michèle Morgan, «Clémentine Chérie» (1962) avec Michel Serrault et Philippe Noiret, «Les rois du gag» (1983) de Claude Zidi.

Un emploi qui ne lui satisfaisait pas complètement: «On me surnommait le Frankeinstein du rire, le Dracula de la facétie, voire le pape de l'humour noir. C'était bien beau, mais le public m'assimilait à mes blagues. Il me considérait comme un franc salaud, un bourreau d'enfants, un monstre. Et moi je suis un tendre», expliquait-il en 1978 dans l'Aurore.

Hommage

Le ministre de la culture Frédéric Mitterrand lui a rendu hommage mercredi dans un communiqué: «Avec Pierre Doris, c'est toute une époque de l'humour à la française qui disparaît». Le ministre rend hommage «au grand représentant» de «l'autodérision», «roi de l'humour noir» qui incarnait «une culture populaire de qualité, faite de bons mots, qu'il devait à une maîtrise parfaite de la langue française».