John Travolta fête les 25 ans de l'association internationale des scientologues

PEOPLE L'acteur est toujours très proche de l'Eglise de scientologie...

B.D.

— 

John Travolta et sa femme, Kelly Preston, quittent le tribunal de Nassau, aux Bahamas le 30 septembre 2009, après que l'acteur a témoigné contre Tarino Lightbourn et Pleasant Bridgewater, qui ont tenté de lui extorquer 25 millions de dollars  après la mort de son fils Jett, en janvier dernier.
John Travolta et sa femme, Kelly Preston, quittent le tribunal de Nassau, aux Bahamas le 30 septembre 2009, après que l'acteur a témoigné contre Tarino Lightbourn et Pleasant Bridgewater, qui ont tenté de lui extorquer 25 millions de dollars  après la mort de son fils Jett, en janvier dernier. — TA1/WENN.COM/SIPA

Ils étaient bien là. Malgré les rumeurs d’éloignement de la famille Travolta de l’Eglise de Scientologie, John Travolta et sa femme Kelly Preston faisaient bien partie des quelque 4.000 scientologues réunis le 16 octobre dernier dans un manoir du Sussex, en Angleterre, pour fêter les 25 ans de l’Association internationale des scientologues.
 
Avec Tom Cruise, Katie Holmes et leur fille Suri, le couple Travolta étaient les invités surprise de l’événement. Tom Cruise a d’ailleurs discouru pendant près de deux heures, rendant hommage à la scientologie. John Travolta et sa femme, qui portent toujours le deuil de leur fils Jett - étaient plus silencieux, se tenant la main lorsqu’une chorale a chanté sur scène.
 
L’apparition de l’acteur à un tel événement semble démentir les rumeurs affirmant qu’il songerait à s’éloigner de la Scientologie, dont il est l’une des figures éminentes depuis 34 ans. Rumeurs grandissantes depuis le mois de septembre dernier. Lors du procès pour extorsion consécutif à la mort de Jett aux Bahamas, John Travolta avait admis, après des années de dénégations, que son fils était bien autiste. Un aveu en forme de déclaration de guerre, puisque la Scientologie ne reconnaît pas l’autisme comme une maladie et considère que les enfants peuvent s’auto-soigner au sein de l’enseignement religieux.