Faut-il défendre Roman Polanski?

POLEMIQUE Alors que les soutiens au cinéaste se multiplient en Europe, les Américains ne comprennent pas...

Sandrine Cochard

— 

 
  — NIKO/NIVIERE/LORENVU/SIPA

Après la sortie remarquée de Frédéric Mitterrand le jour de l’arrestation de Roman Polanski, dimanche, le microcosme politico-artistique semble divisé devant l’attitude à adopter envers le cinéaste, sous le coup d’un mandat d’arrêt pour une affaire de mœurs depuis 1978.
 
Soutiens tous azimuts
 
En Europe, en France notamment, les soutiens au cinéaste se sont multipliés sous le regard incrédule de nombreux Américains. Quelques grandes figures politiques, dont le ministre de la Culture Frédéric Mitterrand et l’adjoint chargé de la culture à la mairie de Paris Christophe Girard, ont publiquement défendu le réalisateur. De son côté, l’UMP a jugé lundi «très regrettable» la quasi «mise en scène» et le «côté spectaculaire» de l’arrestation du cinéaste franco-polonais, par la voix de son porte-parole, Frédéric Lefebvre. «C'est un peu sinistre cette histoire, franchement un homme d'un tel talent reconnu dans le monde entier, reconnu dans le pays qui l'arrête. Tout ça n'est pas sympathique», a estimé de son côté Bernard Kouchner, après s'être entretenu avec son homologue suisse, Micheline Calmy-Rey, rapporte le Journal du Dimanche.
 
La mobilisation est encore plus forte chez les artistes dont plusieurs ont signé une pétition dénonçant l’arrestation de Roman Polanski et réclamant sa libération immédiate. Parmi les signataires figurent notamment Costa-Gavras, Wong Kar-Wai, Fanny Ardant, Ettore Scola, Marco Bellocchio, Giuseppe Tornatore, Monica Bellucci, Abderrahmane Sissako, Tony Gatlif, Pierre Jolivet, Jean-Jacques Beineix, Paolo Sorrentino, Michele Placido, Barbet Schroeder, Gilles Jacob, et Bertrand Tavernier.
 
Les Américains choqués
 
Le texte est également signé par la Cinémathèque Française, le Festival de Cannes, la Société des auteurs compositeurs dramatiques (SACD), l'ARP (Auteurs, réalisateurs et producteurs) et le groupe 25 images. La pétition a été transmise aux artistes américains. Parmi ses signataires, des noms prestigieux comme Woody Allen, Martin Scorsese ou encore David Lynch, a assuré mardi matin la Société des auteurs et compositeurs dramatiques (SACD) à l’AFP.
 
Pourtant, «vu de Los Angeles, prendre position pour le cinéaste ne va pas de soi, loin de là», souligne Libération qui rapporte les réactions outrées d’Américains. «Un homme adulte qui drogue et viole une gamine de 13 ans? C’est mal selon tout sens moral et mérite pire que trente ans d’exil doré», selon un des passants interrogés. Dans son éditorial, le Los Angeles Times épingle Frédéric Mitterrand. «Dans une caricature du cosmopolitisme européen, le ministre de la culture français a fulminé contre le harcèlement d'une telle icône culturelle, révélateur selon lui d'une "Amérique qui fait peur"», ironise le quotidien californien. Les soutiens français ont-ils été trop hâtifs?
 
Contre-pied
 
Car depuis lundi soir, quelques voix discordantes se font entendre en France. A commencer par celle de Marine Le Pen qui a dénoncé une mobilisation «abjecte» de la part des politiques français. «Le fait d’appartenir à la caste surprotégée du Show-Biz, exonère-t-il ses membres de respecter les lois et les autorise-t-il à se soustraire aux poursuites judiciaires durant 30 ans?», s'interroge la vice-présidente du FN dans un communiqué.
 
Le réalisateur Luc Besson a également pris ses distances avec cette affaire. «J'ai beaucoup d'affection pour lui (Roman Polanski, ndlr), c'est un homme que j'aime beaucoup, que je connais un petit peu, nos filles sont très amies mais il y a une justice, c'est la même pour tout le monde», a-t-il estimé lundi soir sur RTL.
 
Enfin, l’eurodéputé Vert Daniel Cohn-Bendit est monté au créneau, mardi matin. «C'est une des histoires les plus dures puisque c'est vrai qu'il y a eu viol sur une jeune fille de 13 ans», a-t-il déclaré sur Europe 1. «C'est un problème de justice et je trouve qu'un ministre de la Culture, même s'il s'appelle Mitterrand, devrait dire: j'attends de voir les dossiers», a ajouté l'ancien leader de mai 68, prenant le contre-pied des nombreux soutiens apportés au réalisateur en France.
 
Et vous, pensez-vous que la France doit soutenir Roman Polanski? Pour en débattre dans notre forum, cliquez ici.