Brigitte Bardot appelle au boycott du sirop d'érable canadien

PEOPLE Par ce boycott commercial, BB veut faire cesser l'abattage des phoques sur ce territoire...

BD

— 

Brigitte Bardot présente une photo controversée d'une campagne contre la chasse aux bébés phoques au Canada, en marge du procès symbolique contre ce pays à la cour internationale de justice pour les droits des animaux, à Genève, le 5 décembre 2005.
Brigitte Bardot présente une photo controversée d'une campagne contre la chasse aux bébés phoques au Canada, en marge du procès symbolique contre ce pays à la cour internationale de justice pour les droits des animaux, à Genève, le 5 décembre 2005. — LAURENT GILLIERON/EPA/SIPA

Après la France, Brigitte Bardot veut sauver les animaux sur les autres continents. Et elle commence par l’Amérique.

L'icône française s’est exprimée sur le site Internet de la PETA (People for the Ethical Treatment of Animals), expliquant que les Américains devaient boycotter le sirop d’érable canadien comme ils l’avaient fait en 2003 avec le vin français, après le refus de la France de participer à la guerre en Irak.

En soutenant cette initiative de PETA, BB entend toucher le Gouvernement canadien «là où ça fait mal… le portefeuille», pour qu’il mette un terme à l’abattage commercial des phoques sur son territoire, «le plus gros massacre de mammifères marins au monde». Elle martèle: «refuser d'acheter du sirop d'érable» c’est «refuser d'être complice des massacres perpétrés sur la banquise». L’actrice se bat depuis une trentaine d’années contre l’abattage des phoques. En mai dernier, l’Union européenne a voté l’arrêt de l’importation de produits issus du phoque, notamment leur fourrure.

Une initiative «incongrue»
pour les producteurs

La directrice de la Fédération des producteurs acéricoles du Québec, Anne-Marie Granger Godbout, a dit que son organisation avait été «surprise, en mars dernier, de l’appel au boycott du sirop d’érable canadien lancé par l’organisation PETA» pour protéger les phoques. «A notre avis, PETA et, plus récemment, Mme Bardot (qui soutient ce groupe de défense des animaux) se trompent de cible», a-t-elle ajouté.

Selon Mme Granger Godbout, si la production de sirop d’érable est importante pour certaines régions rurales, son influence sur la classe politique canadienne est négligeable. «De plus, cette initiative nous semble particulièrement incongrue puisque le sirop d’érable s’inscrit parfaitement dans une saine alimentation, convient aux végétaliens et ses méthodes de production sont respectueuses de l’écosystème forestier», a conclu Mme Granger Godbout.