L'anesthésiant Propofol retrouvé en dose mortelle dans le corps de Michael Jackson

PEOPLE C'est la presse américaine qui l'affirme s'appuyant sur des documents judiciares...

Avec agence

— 

Michael Jackson, lors de sa tournée mondiale «HIStory world tour», à Vienne en juillet 1997.
Michael Jackson, lors de sa tournée mondiale «HIStory world tour», à Vienne en juillet 1997. — Leonhard Foeger / REUTERS

Une dose mortelle du puissant anesthésiant Propofol a été retrouvée dans le corps de Michael Jackson lors de son autopsie par l'institut médico-légal de Los Angeles (ouest), affirme lundi le Los Angeles Times, s'appuyant sur des documents judiciaires.

Le quotidien cite le mandat de perquisition qui avait permis fin juillet aux autorités américaines de fouiller le cabinet médical du dernier médecin de Michael Jackson, Conrad Murray, à Houston (Texas, sud), et qui fournit de multiples détails sur l'enquête sur la mort de la pop star. Un facsimilé du document a été publié par plusieurs médias, confirmant les informations du Los Angeles Times.

L'enquête pas qualifiée d'homicide

Le médecin légiste en chef de l'institut médico-légal de Los Angeles «a indiqué qu'il avait regardé les résultats toxicologiques préliminaires et que sa première impression était que la mort de Jackson était due à un niveau mortel de Propofol» dans le sang, précise le document.

Le texte du mandat de perquisition fait apparaître que l'enquête relève du département des homicides de la police de Los Angeles (LAPD), mais ni le LAPD ni l'institut médico-légal n'ont voulu préciser si l'enquête était ou non qualifiée d'homicide. «Nous n'avons pas dit» que nous avions affaire à un homicide, a déclaré Ed Winter, chef-adjoint des enquêtes à l'institut médico-légal. «Nous n'avons pas publié les résultats (de l'autopsie) et l'affaire est encore maintenue confidentielle» par le LAPD, a précisé Ed Winter. Le LAPD s'est refusé à tout commentaire.

Désintoxiquer le chanteur


Selon le texte du mandat de perquisition, Murray a affirmé au LAPD qu'il avait traité l'insomnie de Michael Jackson avec du Propofol pendant les six semaines qui ont précédé sa mort, lui donnant chaque soir 50 milligrammes du puissant anesthésiant en intraveineuse.

Le médecin aurait ensuite essayé de désintoxiquer le chanteur en lui donnant d'autres sédatifs, du lorazepam et du midazolam. La nuit précédant la mort du roi de la pop, le 25 juin, le médecin aurait donné au chanteur un valium à 01H30 du matin et, dans les heures suivantes, du lorazepam et du midazolam. C'est à 10H40, à la demande insistante de Michael Jackson, que Murray lui aurait finalement administré 25 milligrammes de Propofol. Conrad Murray est en première ligne dans l'enquête.

Son domicile et son cabinet de Las Vegas (Nevada, ouest), son cabinet de Houston et une pharmacie de Las Vegas dans laquelle il se fournissait en médicaments, ont été perquisitionnés ces dernières semaines par le LAPD et l'Agence américaine de lutte contre les stupéfiants (DEA). La famille Jackson a déclaré lundi qu'elle avait une «confiance totale» dans l'enquête en cours sur la mort de Michael Jackson et a salué les efforts des autorités américaines.

Dans un message vidéo diffusé sur internet le 18 août, Conrad Murray avait affirmé: «J'ai fait tout ce que j'ai pu, j'ai dit la vérité, et je suis convaincu que la vérité prévaudra».

>> Vous vous posez des questions sur le roi de la pop? Ian Halperin qui a enquêté sur la star, vous répond aujourd'hui à 15h. Cliquez ici pour les poser...